La question du jour:

Rythme des réformes : le gouvernement va-t-il trop vite ?




Rythme des réformes : le gouvernement va-t-il trop vite ?
Édouard Philippe le 14 mars 2018 à l'Assemblée nationale.

Orange avec AFP, publié le lundi 19 mars 2018 à 07h00

Dans les prochaines semaines, le gouvernement compte bien garder le cap et poursuivre son marathon des réformes.

Après la SNCF, les retraités, la limitation de vitesse, sept réformes majeures devraient être étudiées en Conseil des ministres ces deux prochains mois. Sous l'ère Macron, les réformes sont menées au pas de charge, mais l'exécutif se défend de toute précipitation.

En arrivant dimanche 18 mars à un nouveau "séminaire" gouvernemental, le Premier ministre a estimé que c'était la bonne application des réformes, et non leur rythme, qui était la question "la plus importante".

Édouard Philippe en première ligne

Devant l'accumulation de réformes sensibles ces dernières semaines et face aux inquiétudes de surchauffe, l'exécutif a répondu que les réformes continueraient au même rythme. Ralentir ou accélérer le rythme des réformes, "c'est une question que je ne me pose pas". "La question qui me semble la plus importante, c'est celle des effets de ces réformes pour les Français" et l'application du programme d'Emmanuel Macron "de façon effective, précise et efficace", a insisté l'ancien maire du Havre. "Ce qu'attendent les Français, et ils ont raison, ce sont des résultats. Nous allons donc travailler pour leur en donner", a dit Edouard Philippe avant de rejoindre ses ministres pour une réunion de travail.

De vastes chantiers dans les prochaines semaines

Dans les prochaines semaines, le gouvernement planchera sur le projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes, sur un autre concernant le logement, sur les réformes de la justice, de l'assurance-chômage, des entreprises, des institutions et étudiera de nouvelles mesures contre la fraude et l'évasion fiscale. De vastes chantiers menés à un rythme effréné par le gouvernement, qui devra faire face jeudi 22 mars un premier test : une journée de mobilisation des syndicats de cheminots et de la fonction publique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.