La question du jour:

SNCF : Craignez-vous une grève massive ?




SNCF : Craignez-vous une grève massive ?
Une manifestation à Paris, le 16 novembre 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 28 février 2018 à 07h00

Ils sont prêts au bras de fer. Les syndicats de la SNCF se sont réunis mardi 27 février pour mettre au point leur riposte après les annonces du Premier ministre Édouard Philippe sur la réforme du rail.

Ils ont cependant décidé de temporiser, se donnant jusqu'au 15 mars, après les premières réunions de concertation, pour décider d'une éventuelle grève.


"Si le 15 (mars), nous constatons que le gouvernement est dans la logique d'un passage en force, c'est-à-dire qu'il maintient son projet en l'état, alors il y aura grève à la SNCF", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots (1er syndicat du groupe), à l'issue d'une réunion intersyndicale.

"On a convenu de se réunir après la présentation du projet de loi d'habilitation des ordonnances, qui devrait tomber le 14 mars", afin d'examiner "le contenu" de ce texte, a expliqué à l'AFP Roger Dillenseger de l'Unsa (2e syndicat). "On a fait un travail entre organisations syndicales pour sortir une position unitaire responsable. On s'est engagé à entrer en concertation avec le ministère" des Transports, a-t-il ajouté. M. Brun a précisé que la manifestation prévue le 22 mars par la CGT, avec l'Unsa et SUD-Rail, était "maintenue". La CFDT décidera "la semaine prochaine" si elle les rejoint, a indiqué Olivier Boissou, l'un de ses représentants. SUD-Rail s'est dit "plutôt satisfait de la teneur des débats".

Une concertation sur différents pans de la réforme est prévue en mars et avril par le gouvernement. Elle devra notamment "identifier" les contraintes des métiers du rail, selon la ministre des Transports, Élisabeth Borne, qui recevra jeudi les quatre syndicats représentatifs de la SNCF, lors de rendez-vous séparés.

"Nous avons constaté que toutes nos critiques sur le rapport Spinetta (publié le 15 février, ndlr) ont été balayées par le gouvernement, rien n'a été retenu. Si on est dans cette situation de dialogue-là, on n'est pas dans le dialogue, on est dans la confrontation et donc on assumera la confrontation", a prévenu M. Brun. "Tant qu'on n'est pas dans une négociation des contenus, on est dans la confrontation", a-t-il insisté.

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi son intention de réformer la SNCF "avant l'été" avec des ordonnances et en supprimant le statut de cheminot pour les nouveaux embauchés. 

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU