La question du jour:

Neige : les autorités ont-elles bien géré la situation ?




Neige : les autorités ont-elles bien géré la situation ?

Des véhicules bloqués sur la D444 près de Bièvres, dans l'Essonne, le 7 février 2018.

Orange avec AFP, publié le jeudi 08 février 2018 à 07h00

Alors que Les Républicains ont fustigé "le manque d'anticipation" du gouvernement, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a répondu qu'il était "difficile d'anticiper le nombre de centimètres de neige qu'il va tomber".

Transports en commun perturbés, trottoirs givrés, bouchons sur les routes, près de 2.000 automobilistes franciliens bloqués toute la nuit sur la N118, au sud-ouest de Paris...

L'Île-de-France a été en partie paralysée mercredi 7 février par les fortes chutes de neige. Ces vingt-quatre heures de désordre ont placé les autorités sous le feu des critiques des usagers et des partis politiques, les Républicains fustigeant notamment le "manque d'anticipation" du gouvernement.

"Il faut arrêter de faire croire n'importe quoi aux Français" et reconnaître qu'"il est difficile d'anticiper le nombre de centimètres de neige qu'il va tomber", leur a rétorqué le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. La situation avait été "anticipée" mardi, a relevé ensuite la ministre des Transports Élisabeth Borne, si bien que les services de l'État ont pu saler les routes et empêcher les camions de venir s'agglutiner sur les routes franciliennes. "Malheureusement, compte tenu de l'importance des chutes de neige dans la soirée hier (mardi), le salage n'a pas permis d'éviter des difficultés, d'autant que les chutes de neige importantes sont intervenues au moment où on avait un pic de trafic", a-t-elle regretté.

Pour la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, "les 700 km de bouchons en Île-de-France, ça n'était pas normal", a-t-elle estimé sur BFMTV, pointant un "problème" et une "vulnérabilité très grande des réseaux de transports". "L'ensemble des services publics pour l'ensemble de cette région doivent peut-être se préparer beaucoup mieux à des épisodes exceptionnels comme ceux-ci", a-t-elle estimé, visant notamment l'exécutif régional dirigé par les Républicains. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
385 commentaires - Neige : les autorités ont-elles bien géré la situation ?
  • vu les propos de Griveaux rien ne sera fait pour éviter la prochaine pagaille due à la neige ....... selon le proverbe ch'ti : grand parleux petit faiseux ! (grand parleur mais petit faiseur .... pour ceux qui n'auraient pas compris !). Le ch'ti n'étant rien d'autre que du picard, une des langues de l'ancienne langue d'oïl .... dont est issu le français !!!!

  • C'est le résultat des strates administratives....
    Même l'administration ne sait plus qui gère quoi !
    d'où ce bordel

  • on avait des hivers plus fort et plus long on allait travailler a Mobylette,on se lever plus tot ,mais on y aller ,et on travailler ,
    aujourd'hui toute les excuses sont bonne ,et nos politiciens il ne leur en faut pas beaucoup

  • Oh, de toute façon, c'est comme à la SNCF, la RATP, un petit coup de laisser - aller pour faire comprendre que fonctionnaires d' état, territoriaux ou assimilés sont indispensables? Hein? Parce qu'en fait, voyez - vous, la diminution du nombre de fonctionnaires était peut - être moins prévisible que la neige et le verglas en hiver!

  • Tous ces gens qui rouspètent, il n'y a pas eu de morts, je crois !
    Pendant ce temps, en Syrie, 50 civils sont morts sous les bombes.
    Alors, flocons de neige ou bombes ?