La question du jour:

Faut-il donner plus d'autonomie à la Corse ?




Faut-il donner plus d'autonomie à la Corse ?
Entre 5.600 et 25.000 manifestants ont défilé samedi dans les rues d'Ajaccio à l'appel des dirigeants nationalistes de Corse.

Orange avec AFP, publié le dimanche 04 février 2018 à 07h00

Co-officialité de la langue corse, rapprochement et amnistie des prisonniers, statut de résident, inscription de la Corse dans la Constitution... Les nationalistes corses se sont faits entendre dans la rue samedi pour demander plus d'autonomie au gouvernement.

Trois jours avant une visite d'Emmanuel Macron sur l'Île de Beauté, de 6.000 à 25.000 personnes se sont rassemblées samedi à Ajaccio (Corse-du-Sud).

"C'est une mobilisation sans précédent ces dernières années, c'est énorme", s'est réjoui auprès de l'AFP le leader nationaliste Gilles Simeoni à la fin de la manifestation, qui s'est achevée dans le calme peu avant 17h. "C'est un message très fort qui est envoyé par les Corses. Maintenant, au président de la République de dire, de parler, et, je l'espère, de montrer qu'il a entendu ce que nous avons dit aujourd'hui".

Le chef de l'État doit notamment participer mardi à la commémoration du 20e anniversaire de l'assassinat du préfet Claude Érignac. La forte mobilisation et l'absence d'incidents étaient les deux enjeux majeurs pour les dirigeants nationalistes de cette île de 330.000 habitants, pour poser un rapport de forces avec l'exécutif et obtenir davantage dans de futures négociations, notamment en matière d'autonomie.

"Il va y avoir une mobilisation dans la durée"

Les organisateurs attendaient officiellement 8.000 à 10.000 manifestants, selon des estimations données à l'AFP dans la matinée. Finalement, à l'issue d'un défilé qui s'est déroulé sans aucun incident, ils ont estimé la participation à 22.000 à 25.000 personnes, alors que la préfecture en a dénombré quatre fois moins, entre 5.600 et 6.000. À titre de comparaison, le 11 février 1998, cinq jours après l'assassinat du préfet Claude Érignac, quelque 15.000 personnes à Ajaccio et 13.000 à Bastia, selon la police, avaient manifesté pour exprimer leur refus de la violence.

"Je crois qu'il va y avoir une mobilisation dans la durée, les Corses devront être mobilisés pour nous soutenir, pas seulement avec leurs suffrages", avait estimé samedi, avant le départ du défilé, l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni, allié de l'autonomiste Gilles Simeoni à la tête de l'île depuis leur large victoire en décembre, qui leur a donné les clés de la nouvelle collectivité territoriale, qui fusionne les anciens conseils départementaux et l'ex-région.

Rassemblé derrière le slogan "Demucrazia è rispettu pè u populu Corsu" ("Démocratie et respect pour le peuple corse"), le cortège a été ouvert par des jeunes filles aux épaules recouvertes du drapeau corse. Les manifestants ont notamment scandé "Vive la lutte d'indépendance !" ou "État français assassin!". Sur la voiture de tête, une banderole "Amnistia", référence à l'une des principales demandes des nationalistes, l'amnistie des "prisonniers politiques".

La manifestation visait à "convaincre" le président Macron d'"ouvrir un dialogue", avait expliqué vendredi à l'AFP Gilles Simeoni. Pour l'autonomiste, ce rassemblement constituait une réponse aux "fins de non-recevoir sur la quasi-totalité des dossiers" - co-officialité de la langue corse, rapprochement et amnistie des prisonniers, statut de résident, inscription de la Corse dans la Constitution - qu'il a présentés la semaine dernière à Paris au Premier ministre Edouard Philippe, avec M. Talamoni.

Matignon avait semblé surpris par la déception des élus nationalistes, évoquant un "dialogue constructif". "À l'issue de cet échange, chacun a d'ailleurs convenu que nous entrions dans une nouvelle phase politique", avait-on fait valoir dans l'entourage d'Édouard Philippe.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU