La question du jour:

Marlène Schiappa a-t-elle eu raison de commenter l'affaire Alexia Daval ?




Marlène Schiappa a-t-elle eu raison de commenter l'affaire Alexia Daval ?
Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale le 12 décembre 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 01 février 2018 à 07h00

La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a jugé mercredi 31 janvier "proprement scandaleux" de mettre en avant la "personnalité écrasante" d'Alexia Daval, dont le mari a avoué le meurtre, demandant "d'arrêter de trouver des excuses" aux féminicides.

Jonathann Daval, le "gendre idéal" qui cachait depuis trois mois son crime sous les pleurs, a avoué mardi 30 janvier avoir tué son épouse Alexia, retrouvée morte dans un bois en Haute-Saône. Il a été mis en examen pour "meurtre sur conjoint" et encourt la réclusion à perpétuité.

"Il l'a étranglée", a détaillé son avocat Me Randall Schwerdorffer, assurant que son client n'avait "pas été dans une logique criminelle" et "n'avait impliqué personne d'autre". "Ils avaient une relation de couple avec de très fortes tensions. Alexia avait une personnalité écrasante, il se sentait rabaissé, écrasé. À un moment, il y a eu des mots de trop, une crise de trop, qu'il n'a pas su gérer", a poursuivi Me Schwerdorffer.

Des mots qui ont fait réagir Marlène Schiappa. "Nous dire : 'elle a une personnalité écrasante, et c'est pour cela qu'elle aurait été assassinée', je trouve ça proprement scandaleux", a déclaré mercredi matin sur RTL la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes. "En disant ça, on légitime les féminicides, on légitime le fait que tous les trois jours, il y a une femme qui soit tuée sous les coups de son conjoint" et "je trouve que c'est extrêmement dangereux de relayer cela", a-t-elle ajouté en mettant en garde les médias face à leur "responsabilité dans la manière dont ils présentent les féminicides et les violences conjugales". "Ça n'est pas passionnel, ce n'est pas une dispute, ce n'est pas un drame passionnel, c'est un assassinat (...) il faut arrêter de minimiser les violences conjugales, arrêter de trouver des excuses. Il n'y a rien, rien, qui justifie que l'on frappe sa femme ou sa compagne", a encore dit Mme Schiappa.



"Cela ne doit pas être excusé ou banalisé", a-t-elle encore déclaré dans la soirée sur BFMTV.

Pour Me Schwerdorffer, les propos de la secrétaire d'État "ne sont pas adaptés". "Beaucoup de personnes parlent et créent des polémiques à ce sujet sans connaitre les tenants et les aboutissants du dossier (...) beaucoup de journalistes savaient les violences au sein du couple et que Alexia était à l'origine de ces violences", a-t-il déclaré.

"Je pense qu'elle s'excite toute seule", a-t-il encore déploré mercredi soir dans "C à vous", sur France 5. "On n'a jamais légitimé la moindre violence faite aux femmes, a assuré l'avocat aux côtés de son associée, Ornella Spatafora, reconnaissant au passage que ses propos avaient pu être maladroits. Je n'ai jamais dit que parce qu'elle avait eu tels comportements, il était normal que Jonathann (la tue)".

"Je dis simplement que pour comprendre pourquoi Jonathann est passé à l'acte, encore faut-il comprendre le contexte. Je ne justifie rien, jamais dans nos propos il n'a été question de légitimer les actes de Jonathann. C'est démentiel de vouloir nous prêter cette intention, a poursuivi Me Schwerdorffer. Je comprends que ce sont des mots inappropriés et qui puissent choquer, ce n'était pas ma volonté."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.