La question du jour:

Accusations de viol : Darmanin doit-il démissionner ?




Accusations de viol : Darmanin doit-il démissionner ?
Gérald Darmanin à Jouy-en-Josas, le 30 août 2017.

Orange avec AFP, publié le mardi 30 janvier 2018 à 07h00

S'il reste soutenu par la majorité, Gérald Darmanin, visé par une enquête préliminaire suite à une accusation de viol, est sous le feu des critiques de l'opposition.

"Compte tenu des graves accusations qui sont portées et pour la sérénité de l'action publique, nous pensons qu'il n'a pas d'autre choix que de démissionner", a estimé l'une des porte-parole des Républicains, Laurence Sailliet. La justice a récemment rouvert à Paris l'enquête sur une accusation de viol visant le ministre de l'Action et des Comptes publics pour des faits présumés remontant à 2009 -qu'il conteste vigoureusement, avec une plainte pour dénonciation calomnieuse.

Une première plainte mi-2017 avait été classée sans suite. La plaignante est une ancienne call-girl, qui accuse M. Darmanin, alors jeune chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP, de lui avoir fait miroiter son appui auprès de la Chancellerie dans une affaire judiciaire en échange de faveurs sexuelles.

DARMANIN "TRÈS SEREIN"

M. Darmanin "n'a rien à se reprocher" et attend, "très serein", un nouveau classement sans suite, a affirmé à BFMTV son avocat, Mathias Chichportich.

"Le monde vertueux, irréprochable d'Emmanuel Macron se casse la figure", a asséné une autre porte-parole de LR, Lydia Guirous, citant les noms de Richard Ferrand, François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard, mis en cause dans des affaires et qui ont quitté le gouvernement d'Edouard Philippe.

Pour le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Olivier Faure, Gérald Darmanin devrait démissionner. "De quoi parle-t-on ? On parle de quelqu'un qui avait des fonctions à l'UMP et qui, visiblement, les a monnayées contre un rapport sexuel, consenti ou pas --visiblement elle, elle dit que non, lui dit que oui", a dit M. Faure, interviewé sur la chaîne franceinfo. Si M. Darmanin reconnaissait avoir "monnayé des faveurs en échange d'une lettre qu'il a ensuite remise au garde des Sceaux", "même si ce n'est plus pénalement répréhensible parce que ce sont des faits prescrits par la loi, il y a une faute qui est une faute a minima morale" et il devrait quitter le gouvernement, a jugé M. Faure.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.