La question du jour:

Prisons : comprenez-vous la colère du personnel pénitentiaire ?




Prisons : comprenez-vous la colère du personnel pénitentiaire ?

Blocage devant la prison de Vendin-le-Vieil le 16 janvier 2018.

Orange avec AFP, publié le dimanche 21 janvier 2018 à 07h00

Après une semaine de tensions dans les prisons après une succession d'agressions de gardiens, le mouvement de blocage des établissements s'est ralenti samedi 20 janvier mais risque de reprendre de plus belle lundi alors que se profile un rejet du projet d'accord proposé par le ministère sur la sécurité et l'emploi.

La CGT-Pénitentiaire (minoritaire) a annoncé dans un communiqué qu'elle "ne signera pas" le texte proposé par le ministère. Elle appelle ses militants "à continuer les actions entreprises depuis le début de la semaine et réaffirme dès à présent son appel à un blocage total de l'ensemble des établissements dès lundi 22 janvier".

Le syndicat évoque des propositions "bien en deçà des attentes des collègues mobilisés, notamment en terme de reconnaissance et d'attractivité de (ses) missions de service public (indemnité et statut) et de l'insuffisance de création de postes proposés".

Ce projet d'accord, négocié entre le gouvernement et une plateforme syndicale regroupant l'Ufap-Unsa Justice (majoritaire avec plus de 40%) et la CGT (environ 15%), prévoit notamment la création de 1.100 emplois de surveillants sur quatre ans, "dont une première tranche de 100 emplois dès 2018". Le texte prévoit aussi des mesures pour améliorer la sécurité des gardiens et un régime de détention défini pour les "détenus terroristes et radicalisés", permettant une "étanchéité totale de la gestion des détenus les plus dangereux".

Jointe par l'AFP, l'Ufap-Unsa n'avait samedi en fin d'après-midi pas encore reçu l'ensemble des réactions de sa base et n'était "pas encore en mesure de communiquer". Toutefois, selon une source à l'Ufap-Unsa, "les premières remontées sont négatives et il est très peu probable que le syndicat signe ce texte".

De son côté, FO-Pénitentiaire (environ 30%), qui fait cavalier seul depuis le début des actions lancées après l'agression de surveillants par un détenu jihadiste à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) le 11 janvier, a appelé à durcir le ton. Le syndicat appelle non seulement à des débrayages mais aussi à des "dépôts de clés", geste qui consiste pour les surveillants à ne pas prendre leur travail et à laisser, le cas échéant, les forces de l'ordre prendre le relais.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
97 commentaires - Prisons : comprenez-vous la colère du personnel pénitentiaire ?
  • le problème est très simple, quelques années en arrière, il y avait dans notre beau pays de grandes unités psychiatriques en général tenues par du personnel religieux, sœurs de la charité, frères hospitaliers, une unité par département, tout le monde connaissait ces endroits, pour faire des économies et par soucis d'humanité, on n'a fermé ses endroits, où ils étaient, protegés, contre eux même et la société, on n'a fermé ses unités, ces gens là, se sont retrouvés, esseulés, isolés, livrés à eux même et aux prédateurs de tous poils, et voilà, ils arrivent forcément dans les prisons, la moitié des prisonniers relèvent de la psychiatrie, cela revient bien moins cher à la société, gardiens de prisons, cadre C de la fonction publique, à l'hôpital, c'est une infirmière pour 8 à 12 patients, un médecin par service, une infirmière c'est un cadre B de la fonction publique, voilà d'où viennent les problèmes, l'humanisme, la fraternité, les valeurs de notre beau pays, tout cela c'est fini, et c'est pas avec les nouvelles équipes de techno, politicards et surtout bobos profiteurs que cela va changer , les pires étant les socialo, qui ont virés en marche arrière toute

  • je comprend leur colère , mais je ne comprend pas pourquoi ils sont obliger de brûler palettes pneus etc..

  • Bien sûr nous comprenons leur colère et ce n'est pas un peu de moyens en plus qui va régler le problème

    Les agressions dont ils sont victimes sont dues au laxisme des politiques qui n'ont jamais eu le courage de voir le problème en face , uniquement soucieux de leur réélection !!

    je te rejoins =ennadejavu59=le probleme ne sera jamais regler surtout pas par le president actuel l
    il laisse faire le desordre ,sa fais partis de son strataiges pauvre francais ont crois n'importe quoi !!!!

  • supprimez déja les télés ,les téléphones et tout autre activité ,c'est en prison qu'il sont et non en vacances aux frais de l'état

  • Attendez; nos gouvernants, prétendus modernes, se croient au - dessus de tout !! Alors que comme tous leurs prédécesseurs, ils ignorent tout de tout! C' est incroyable!! Vous vous rendez compte que depuis des années, ils pensent que le terrorisme est de la délinquance? Rêvons, rêvons les amis; ce ne sont pas eux qui vont sauver le monde!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]