La question du jour:

PS : un nouveau dirigeant peut-il relancer le parti ?




PS : un nouveau dirigeant peut-il relancer le parti ?

Le logo du PS sur la façade de l'ancien QG, rue de Solférino à Paris, le 18 décembre 2017.

Orange avec AFP, publié le vendredi 19 janvier 2018 à 07h00

POLITIQUE. Depuis quelques jours, les candidatures à la tête du PS se multiplient.



Après la gifle de la présidentielle et des législatives, le Parti socialiste saura-t-il se relever ? Si certains ont d'ores et déjà jeté l'éponge, le candidat malheureux à la présidentielle Benoît Hamon ayant notamment décidé de claquer la porte et de lancer son mouvement Génération.s, d'autres s'accrochent et sont déjà tournés vers l'avenir avec l'élection prochaine d'un nouveau premier secrétaire. Les élections se tiendront les 15 et 29 mars, et le Congrès les 7 et 8 avril à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Les candidats ont jusqu'au 27 janvier pour se déclarer, et depuis quelques jours, les annonces se multiplient.

Le conseiller régional Julien Dray a ouvert la journée jeudi 18 janvier en semblant ajouter sa candidature à celles de Luc Carvounas, Stéphane Le Foll, Olivier Faure, Emmanuel Maurel et Delphine Batho. Fausse alerte : "je cherche à construire une solution collective qui rassemble et il y a encore le temps de le faire", a rectifié l'ancien député de l'Essonne sur Facebook.

Autre candidature qui n'ira peut-être pas au bout : celle de l'ancienne ministre de l'Écologie Delphine Batho. La députée des Deux-Sèvres est lancée depuis lundi dans une croisade contre les nouvelles modalités d'organisation du Congrès, pourtant approuvées par le Conseil national du PS en décembre, et soumises au vote des militants jeudi soir. Il y a une "petite mafia" qui a "confisqué la direction du parti socialiste" pour "mettre fin à la démocratie interne au Parti socialiste" en instaurant une "règle nouvelle qui est (...) que ceux qui dirigent déjà doivent diriger demain", a-t-elle tonné sur LCP. À moins d'un improbable vote négatif des militants, ces règles devraient néanmoins s'appliquer, la justice, saisie par un militant PS, n'ayant rien trouvé à y redire. Dès lors, il n'est pas certain que Mme Batho puisse réunir les parrainages nécessaires à une candidature, 16 membres du Conseil national. "Aller chercher des parrains quand on a dit que le PS était une mafia, ce serait paradoxal", ironise un responsable du PS.

FAURE BIEN PARTI POUR TIRER SON ÉPINGLE DU JEU

Dans ce contexte, les principaux candidats continuaient jeudi d'avancer leurs pions. Le président du groupe PS à l'Assemblée Olivier Faure a enregistré un soutien de poids, celui de la maire de Lille Martine Aubry, dont il fut le conseiller au ministère de l'Emploi à la fin des années 1990. "Je suis convaincue de ses convictions (...) Il refuse les accords entre les uns et les autres (...) Il souhaite remettre le parti au travail", a dit l'ancienne première secrétaire lors de ses vœux à la presse. M. Faure devrait aussi obtenir le soutien d'une bonne partie de l'ancienne majorité du PS, après que celle-ci a fait le deuil d'une candidature unique issue de ses rangs.

"La quasi-totalité du pôle social-démocrate va basculer chez Olivier Faure", prédit l'ancien député vallsiste Philippe Doucet. "Stéphane Le Foll peut ressentir cela comme injuste. Mais il apparaît comme trop collé à l'histoire du quinquennat alors qu'on veut attaquer une nouvelle étape", explique-t-il à l'AFP. Autre tort de M. Le Foll : avoir fait cavalier seul, quand M. Faure venait défendre sa candidature devant la majorité. "Stéphane Le Foll n'a assisté à aucune réunion de la majorité depuis septembre. On l'a regretté".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
67 commentaires - PS : un nouveau dirigeant peut-il relancer le parti ?
  • Monsieur Faure est-il le favori? Il est en tout cas déjà dans la vieille tradition des approximations et torsions de vérité qui ont si bien réussi au PS par le passé. C'est consternant de l'écouter parfois.

    Un plan de revalorisation de la rémunération des fonctionnaires décidé en fin de quinquennat et qui à l'époque avait été très clairement perçu comme une mesure démagogique de fin de règne pour tenter de sauver les meubles, en flattant et en faisant une tentative désespérée d'acheter un électorat traditionnellement favorable au PS. Tous les observateurs s'accordaient à dire que cette mesure irréfléchie, trop onéreuse pour être efficace était condamnée aux oubliettes ou à être reportée sine die par une nouvelle majorité. Monsieur Faure en a une toute autre perception, les tensions autour des prisons s'expliqueraient principalement par la non revalorisation du salaire des fonctionnaires par la nouvelle majorité.

    Monsieur Faure est dans son rôle d'opposant quand il émet critiques et réserves sur une politique, il est dans la malhonnêteté quand il tord la vérité en misant sur notre mémoire courte. Non content de faire preuve de légèreté, il fait sien avec une rapidité déconcertante les pires tics de langage de la langue de bois .
    Etre ou ne pas être "la variable d'ajustement"....De grâce , épargnez-nous cet élément de langage éculé. A défaut , d'un projet nouveau, renouvelez votre langage politique. En tout état de cause Monsieur Faure est sans doute surtout le favori pour devenir le futur syndic de faillite du PS.

  • Comment relancer le parti alors qu'il va être quasiment le même que celui rejeté massivement par l'électorat ? Alors que sa politique sera si proche de celle de Macron ? C'est bien fini ...

  • avatar
    ptitgibus  (privé) -

    Le PS ? Mais il est kaputt ...

  • Peut être quand il n'y aura plus macron ! et qu 'ils auront trouver un macron de gauche !

  • le PS un parti constitué de grands bourgeois et de courtisans qui passent leur temps à faire la morale complètement coupé du peuple , le PS n'a rien à voir avec JAURES ou BLUM i