La question du jour:

Notre-Dame-Des-Landes : faut-il évacuer la Zad par la force ?




Notre-Dame-Des-Landes : faut-il évacuer la Zad par la force ?
Des zadistes élèvent une barricade le 2 décembre 2016.

Orange avec AFP, publié le samedi 06 janvier 2018 à 07h00

Plus d'un Français sur deux est favorable à un recours "à la force" pour évacuer la Zad (Zone à défendre) de Notre-Dame-Des-Landes d'après un sondage. Cette expression, c'est Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, qui l'a employée sur Europe 1 mardi.

Selon ce même sondage, 43% des interrogés y sont opposés.

Le recours à la force pour déloger les zadistes est soutenu par 56% de la population, selon un sondage* Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro. Seuls les sympathisants de gauche s'y montrent hostiles (59%), voire très hostiles (70%) pour ceux d'extrême gauche, toutes les autres tendances politiques y étant largement favorables.

PHILIPPE RENCONTRE LES ÉLUS LOCAUX



La question se pose alors que la situation semble se préciser au gouvernement. Edouard Philippe a engagé une série de concertations avec les élus locaux ce vendredi. Le Premier ministre veut recueillir l'avis de tous les principaux concernés, pour une prise de décision d'ici "la fin du mois de janvier", promet-il.

Selon l'agenda de Matignon, Edouard Philippe a reçu les sénateurs de Loire-Atlantique ce vendredi matin, et dans l'après midi les députés du même département et les maires et présidents d'intercommunalités "impactés par le projet d'aéroport du Grand Ouest". Interrogé sur une éventuelle évacuation du site, le Premier ministre a répondu: "quelle que soit la décision que nous prendrons, il y aura une composante d'ordre public".

UNE DÉCISION "DIFFICILE"

Edouard Philippe reconnaît que le sujet est complexe mais veut aller de l'avant et en finir avec un dossier qui traîne sur les bureaux du ministère depuis des années. "Je sais que cette décision est une décision difficile à prendre, je sais qu'elle sera regardée (..), peut-être impopulaire (...) mais à un moment, il faut en sortir, il y a un moment, il faut prendre des décisions et les assumer", a-t-il justifié.
Mardi, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb déclarait sur Europe 1 qu'"on sera obligé à un moment donné d'employer la force" pour évacuer le site de Notre-Dame-des Landes, tout en soulignant qu'il fallait qu'elle soit "la plus mesurée possible".

Située à 25 km au nord-ouest de Nantes, cette Zad - "zone d'aménagement différé" pour les autorités, "zone à défendre" pour ses occupants qui souhaitent la protéger - s'étend sur 1.650 hectares. Environ 150 personnes y vivent en permanence et 200 personnes la fréquentent régulièrement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.