La question du jour :

Entretien des routes : faut-il créer une vignette automobile ?




Entretien des routes : faut-il créer une vignette automobile ?
Une route à Montbeugny (Allier), le 25 mars 2016.

, publié le mardi 19 décembre 2017 à 07h00

Selon Le Parisien, un comité d'experts missionnés par le ministère des Transports préconise la création d'une nouvelle vignette automobile afin de financer l'entretien des routes.

Après la vignette Crit'Air lancée en 2016 pour signaler les véhicules les moins polluants et obligatoire à Paris, Lille, Lyon ou Toulouse, les pare-brises des Français arboreront-ils bientôt un nouvel autocollant ? Selon les informations du Parisien, un groupe d'experts travaillent actuellement sur la possible création d'une "vignette anti nids-de-poule". Son objectif : "renflouer le budget d'entretien du réseau routier".

Leurs conclusions doivent être rendues le mois prochain.

La rénovation des routes de France apparaît urgente. Au classement établi par le World Economic Forum sur la qualité des infrastructures routières, l'Hexagone est passé de la 1ère à la 7e place entre 2012 et 2015. La moitié du marquage au sol, absent, effacé ou mal adapté, est jugé notamment non performant. En cause : la diminution des crédits d'entretien, avance Le Parisien. Les industriels de la route affirment en effet avoir perdu 30% de leur activité en cinq ans à cause du désengagement de l'État et du manque d'argent consacré par les mairies et les conseils départementaux à ce patrimoine.

"Cela pose notamment un problème de sécurité", déplore Hervé Maurey, sénateur UDI de l'Eure et membre de cette commission d'experts, selon qui "il est temps de tirer la sonnette d'alarme avant qu'il ne soit trop tard". Depuis trois ans, les chiffres de la mortalité sur les routes ne cessent en effet d'augmenter.

ENTRE 75 ET 125 EUROS

Les experts estiment qu'il faudrait récupérer entre 3 et 5 milliards d'euros via cette vignette pour assurer l'entretien des routes. Avec près de 40 millions de voitures qui circulent en France, cela entraînerait une vignette qui coûterait entre 75 et 125 euros, selon les calculs du Parisien. Néanmoins, les experts réfléchissent aussi à d'autres sources de financement comme l'augmentation des taxes sur l'essence ou encore facturer au kilomètre la circulation des véhicules.

Cependant, pour Hervé Maurey, l'instauration d'une vignette n'est pas aberrante : "les trains payent une redevance à SNCF Réseau pour l'usure des rails, mais les véhicules légers passent et repassent sur les routes sans rien verser". "Rien n'est décidé. Aujourd'hui, il n'y a pas de décision de vignette, on n'en est pas là du tout", a néanmoins assuré l'élu à Franinfo dans la matinée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.