La question du jour:

Les députés sont-ils assez payés ?




Les députés sont-ils assez payés ?
"Nos conditions ne sont pas celles de nos prédécesseurs", a expliqué un primo-député.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 14 décembre 2017 à 07h00

Les députés sont-ils assez payés ? Trop ? La question, posée durant la présidentielle et lors des lois de moralisation, est revenue mercredi avec les propositions d'un groupe de travail de l'Assemblée et quelques déclarations détonantes.

"Je mange pas mal de pâtes, j'ai ressorti des vêtements de la cave" : ces propos anonymes d'une députée LREM qui touchait auparavant 8.000 euros mensuels comme chef d'entreprise, rapportés par le quotidien L'Opinion, ont suscité moult réactions dans les couloirs du Palais Bourbon. "Indécent", "ridicule", ont réagi des députés de divers bords.

L'indemnité, en vigueur depuis 1789 pour permettre à chaque citoyen de se présenter, est fixée par référence au traitement des fonctionnaires occupant les emplois les plus élevés, soit 7.210 euros brut mensuel.

Réfutant l'idée de "privilégiés", le socialiste Stéphane Le Foll a demandé que "s'arrête cette suspicion générale". L'Insoumis Ugo Bernalicis a épinglé "ceux qui étaient dans un autre monde avant (...) et ont l'impression qu'avoir une indemnité de parlementaire c'est trop peu pour vivre".



Nombre d'élus LREM issus du secteur privé avaient des revenus supérieurs. L'un d'eux, qui a gardé une activité professionnelle, glissait il y a quelques semaines qu'avec son train de vie et un emprunt immobilier conséquent, il ne "peut pas vivre avec 5.000 euros". En moyenne, les députés dans leur ensemble ont déclaré près de 59.000 euros de revenus annuels (4.900 euros mensuels) lors des cinq dernières années, selon Le Monde.

Quid d'une augmentation de l'indemnité ? Le président de l'Assemblée François de Rugy (LREM) avait répondu en septembre : "pas de sujet tabou", mais il y a "des questions de priorités" et des "pièges". Le candidat Macron avait prévu de fusionner l'indemnité parlementaire et l'enveloppe pour frais de mandat (IRFM, 5.840 euros brut), non contrôlée jusqu'alors. Fin novembre, il a été plutôt décidé à l'Assemblée de remplacer l'IRFM par une "avance sur frais" principalement, contrôlée a posteriori.

Malgré un investissement souvent plus important avec notamment le non-cumul, "nos conditions ne sont pas celles de nos prédécesseurs", plaide à l'AFP un primo-député, mais après les lois de moralisation, le sujet des rémunérations risque de "ne plus pouvoir être abordé avant un moment".

Un des groupes de travail sur les réformes de l'Assemblée a suggéré mercredi de plafonner la rémunération tirée de l'activité professionnelle que peuvent exercer en parallèle - et sous conditions - les parlementaires, pour réduire les conflits d'intérêts entre autres. Le plafond s'élèverait à 50% de l'indemnité, soit des revenus autorisés dépassant 10.000 euros au total. 130 députés prévoient jusqu'à présent de conserver une activité professionnelle, a calculé l'AFP.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
190 commentaires - Les députés sont-ils assez payés ?
  • Augmentation de leur indemnité parlementaire, d'accord, mais supprimer TOUS les avantages et les a cotés et leurs retraites plus qu' avantageuses, et leurs secrétaires, leurs chauffeurs, voitures, logements, bureaux, et j'en passe, et tous devrait etre publique comme dans tous pays démocratique. C'est la cause de la montée des extrémistes, toutes ces inégalités, toutes ces cachoteries tous ces mensonges etc...

  • Je ne suis pas forcément contre une augmentation de leur indemnité, il est légitime que les élus de la république aient une rémunération à la hauteur de leurs responsabilités. Mais selon moi il faut y adjoindre un certain nombre de conditions :
    Une présence réelle, non seulement concrète mais active, ( propositions de lois qui ne soient pas de simples copier-coller de demandes des lobbies, participations aux commissions ...). N'oublions pas qu'ils sont d'abord des élus de la république et pas de leur circonscription.
    Ne pas avoir d'autre mandat électif.
    Ne pas avoir d'activité professionnelle
    Répondre aux obligations légales ( âge, casier judiciaire, déclaration de fortune ...)
    Satisfaire à des évaluations régulières de leur activité ( l'élection ne saurait en tenir lieu, de très nombreux métiers sont soumis à ce type de formalité )

    Mai je n'ai pas d'illusions, le corporatisme, un de nos sports nationaux , ne retiendra que l'augmentation !!!

  • vous oubliez le cumul des mandats pour beaucoup et quand a ceux qui se plaignent de manger des pates pensez a ceux qui n ont rien a manger les sdf les chomeurs et j en passe alors messieurs les élus soyez humbles vous qui avez un toit au chaud

  • Connaissant le salaire des députés ,ceux qui avaient une situation plus confortable n'avaient qu'à pas se présenter à la députation , ils l'ont fait très bien mais qu'ils ne se plaignent pas ,les députés doivent se mettre dans la tpête qu'ils sont payéq par des contribuables qui gagnent moins qu'eux , alors un peu de retenu .

  • Le regretté Henri Salvador chanterait peut-être : " Mais non, mais non .."
    Un mandat de député devrait être bénévole, au service de la Nation , avec un remboursement très contrôlé de ses frais de déplacement à l'Assemblée Nationale , et un studio de fonction à Paris.