La question du jour :

Instaurer un revenu de base pour tous, est-ce une bonne idée ?




Instaurer un revenu de base pour tous, est-ce une bonne idée ?
Huit présidents de département souhaitent expérimenter le revenu de base. (Illustration)

, publié le mardi 28 novembre 2017 à 07h00

Tester le revenu de base pour éventuellement le généraliser, c'est le souhait de huit présidents de départements socialistes qui veulent porter un "projet d'expérimentation au Parlement".

Proposition phare du candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, l'idée d'un revenu de base est de retour.

Dimanche 26 novembre, huit présidents de départements socialistes ont publié dans Le Journal du Dimanche une tribune dans laquelle ils demandent à expérimenter ce concept qui divise et resurgit régulièrement dans le débat.

"Le revenu de base renouvelle une ambition universelle, celle qui a fondé la création du Revenu Minimum d'Insertion (RMI) en 1988 : garantir un revenu socle pour tous", estiment les huit signataires PS de la tribune Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, André Viola (Aude), Henri Nayrou (Ariège), Philippe Martin (Gers), Mathieu Klein (Meurthe-et-Moselle), Georges Méric (Haute-Garonne), Jean-Luc Chenut (Ille-et-Vilaine), Stéphane Troussel (Seine-Saint-Denis). "Nous voulons passer de l'étude en laboratoire au test in vivo en portant un projet d'expérimentation au Parlement", ajoutent les élus, rappelant "l'intention" d'Emmanuel Macron de "réformer la Constitution pour assouplir le droit à l'expérimentation", exprimée devant le congrès des maires.

UN TEST LANCÉ EN 2019 ?

L'expérimentation de terrain permettra d'évaluer le revenu de base "pour l'ajuster, avant peut-être de le généraliser", font-ils valoir sans en préciser les contours exacts. Le revenu de base n'est pas le "fossoyeur de la valeur travail" mais représente au contraire "pour celles et ceux qui passent à travers les mailles du filet de toutes les politiques publiques une opportunité de reprendre le chemin de l'emploi", assurent-ils.

Sur Twitter, Benoît Hamon a salué cette initiative.



"Nous allons d'abord faire une étude robuste en prenant en compte toutes les dimensions sociales, de la vie familiale, a détaillé dimanche sur Franceinfo Philippe Martin, le président du Gers. Avec cette étude, on veut montrer l'utilité de cette mesure. Nous allons aussi peut-être pointer des limites que nous ne voyons pas aujourd'hui. Si le Parlement nous donne la possibilité de nous lancer dans l'expérimentation, nous aimerions commencer à mettre en place le revenu de base en janvier 2019."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.