La question du jour:

Êtes-vous choqué par les propos de Macron sur le droit d'asile ?




Êtes-vous choqué par les propos de Macron sur le droit d'asile ?
Emmanuel Macron à Paris, le 21 novembre 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 23 novembre 2017 à 07h00

La scène s'est déroulée mardi 21 novembre, dans le 10e arrondissement de Paris. Emmanuel Macron lançait la 33e campagne hivernale des Restos du Cœur quand il a été interpellé à plusieurs reprises sur le sort des migrants et le droit d'asile.

Face à une Marocaine qui n'arrive pas à obtenir de papiers en France, il a notamment répondu : "Si vous n'êtes pas en danger, etc., il faut retourner dans votre pays.

Je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n'en ont pas. Sinon comment je fais après ? On prend notre part, mais on ne peut pas prendre toute la misère du monde, comme disait Michel Rocard", selon France Info.


Le président a développé en assurant que la France protégeait "tous les gens qui relèvent de l'asile, qui ne sont pas en sécurité chez eux", mais qu'elle ne pouvait "accueillir tous les gens qui viennent sur des visas de commerce ou d'étudiant et qui restent après. Comment je fais après avec ceux qui sont déjà là et qui n'arrivent pas à avoir de travail ? Si vous n'êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays. Au Maroc, vous n'êtes pas en danger."

Les propos d'Emmanuel Macron n'ont pas manqué de provoquer une polémique. Aurélie Filippetti a ainsi dénoncé un "mauvais symbole pour l'ouverture de la campagne des Restos du Cœur. Il a toujours un double discours. À la fois dans les instances européennes, il dit qu'il faut accueillir plus de réfugiés, et en même temps, quand il se trouve face à une dame (...) il est dans la fermeture et le manque d'empathie."

"Lorsque les migrants se présentent à nos portes, nous ne pouvons pas nous comporter autrement qu'en êtres humains et les accueillir", a pour sa part estimé le député France insoumise du Nord, Adrien Quatennens.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU