La question du jour:

Faut-il développer l'écriture inclusive en France ?




Faut-il développer l'écriture inclusive en France ?

Édouard Philippe à Bobigny, le 20 novembre 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 22 novembre 2017 à 07h00

C'est tranché : l'écriture inclusive n'a pas sa place dans les textes officiels. Le Premier ministre est intervenu mardi dans un débat qui agite la France depuis plusieurs mois, en bannissant des communications ministérielles cette forme discutée d'élargissement des mots au féminin.

Dans une circulaire sur "les règles de féminisation", dont l'AFP a obtenu copie, Edouard Philippe "invite" ses ministres, "en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française, à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive".

RESPECT DE LA GRAMMAIRE OFFICIELLE

"Outre le respect du formalisme propre aux actes de nature juridique, les administrations relevant de l'Etat doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques, notamment pour des raisons d'intelligibilité et de clarté de la norme", justifie le chef du gouvernement dans cette note devant être publiée mercredi au JO.

Lors d'un échange vidéo avec les internautes sur Facebook mardi, le Premier ministre s'est justifié : "Après tout si les gens ont envie de débattre de cela, parlons-en. (Mais) je suis là pour faire en sorte que l'on écrive le français dans les textes officiels conformément aux règles qui sont utilisées dans la grammaire officielle".

L'écriture inclusive a pour but de mettre sur un pied d'égalité les femmes et les hommes. Outre l'utilisation de mots "neutres", elle préconise d'user à la fois du féminin et du masculin quand on s'adresse aux hommes et aux femmes, et remet en cause la règle d'accord de la langue française selon laquelle, au pluriel, "le masculin l'emporte sur le féminin". Elle se traduit notamment par des graphies comme "les député.e.s" ou "les électeur.rice.s" ou par une règle d'accord avec le sujet le plus proche, par exemple "Louis et Louise sont belles".


Portée par des cercles féministes, l'écriture inclusive est vivement critiquée tant par des membres du gouvernement que par l'Académie française, la qualifiant d'"aberration" et de "péril mortel" pour la langue française. Des initiatives se sont néanmoins multipliées dans le monde de l'éducation, du travail ou des médias pour rendre les femmes plus visibles.

LA VILLE DE PARIS CONTINUE

Ainsi, la Ville de Paris va continuer à autoriser l'écriture inclusive, a indiqué à l'AFP Hélène Bidard, adjointe PCF à la lutte contre les discriminations de la maire PS Anne Hidalgo. Le ministère du Travail a publié début octobre un guide de bonnes pratiques pour aider les petites et moyennes entreprises à atteindre l'égalité professionnelle, qui préconise notamment d'écrire "les client.e.s". Dans une tribune, 314 professeurs des écoles, collèges et lycées ont récemment déclaré "avoir cessé ou (s')apprêter à cesser d'enseigner" cette règle de grammaire, s'attirant les "inquiétudes" du ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer.
 
110 commentaires - Faut-il développer l'écriture inclusive en France ?
  • Enorme majorité contre l'écriture inclusive, c'est rassurant car en fait elle est exclusive de tout bon sens !
    Si les féministes radicales vont jusqu'au bout de leur délire... elles vont nous sortir un truc comme : quelle heure est-elle ?

  • une nouvelle idée stupide d'enseignants ou de technocrates en mal de publicité , comment un esprit normal a pu avoir cette idée géniale alors que les enseignants sont déjà incapables d'apprendre à lire et à écrire aux élèves et je suppose que les aveugles vont être heureux d'apprendre cette nouvelle complexité pour l'écriture braille .

  • Et pour bien politiser cette ânerie sans nom, Anne proclame que cette écriture sera appliquée à Paris !

  • avatar
    akronous  (privé) -

    Bientôt on finira par croire que la bêtise a un sexe.

  • avatar
    akronous  (privé) -

    Et moi qui croyais que les femmes étaient des hommes comme tout le monde !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]