La question du jour:

Quartiers populaires : les mesures de Macron sont-elles convaincantes ?




Quartiers populaires : les mesures de Macron sont-elles convaincantes ?
Emmanuel Macron à Tourcoing le 14 novembre 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 15 novembre 2017 à 07h00

POLITIQUE DE LA VILLE. Emmanuel Macron a appelé à une "mobilisation nationale" pour les quartiers en difficultés lors de déplacements à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) lundi puis mardi à Roubaix et Tourcoing (Nord).

"Avoir une ville, une vie, belles, ce n'est pas un luxe, ça ne doit pas être réservé aux plus fortunés", a clamé mardi 14 novembre à Tourcoing le président de la République lors de son premier discours sur la politique de la Ville.

"Je veux que le visage de nos quartiers ait changé d'ici la fin du quinquennat", a-t-il lancé, en précisant qu'un "plan de mobilisation générale" serait établi d'ici à février 2018.

Pour y parvenir, Emmanuel Macron propose notamment le retour des emplois francs, le "name and shame" pour lutter contre les discriminations à l'embauche, de renforcer les services publics ou encore de concentrer la police de sécurité du quotidien dans ces quartiers. Toutes ses annonces sont à retrouver ici.

DES ÉLUS DU 93 ESPÈRENT QU'IL NE S'AGI PAS D'UN ÉCRAN DE FUMÉE

Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis, et Bruno Beschizza, maire Les Républicains d'Aulnay-sous-Bois, ont accueilli favorablement mais avec prudence le discours du chef de l'État.

"Moi, je dis 'chiche'à M. Macron", écrit M. Troussel dans un communiqué intitulé "M. Macron: Docteur Jekyll dans les quartiers populaires, Mister Hyde sur le budget?". "M. Le Président, au-delà des mots et des intentions aussi bonnes soient-elles, engagez-vous vraiment pour les quartiers populaires et mettons-nous au travail". Mais si au contraire "le gouvernement persiste à prendre aux collectivités d'une main ce qu'il promet de l'autre, c'est une politique de gribouille qui n'aura aucun effet".

M. Beschizza a estimé de son côté que M. Macron avait "réalisé un bon diagnostic sur la faillite de la République dans les quartiers populaires" et fait "de nombreuses annonces intéressantes". Saluant l'appel à une "mobilisation nationale", le maire d'Aulnay-sous-bois "espère que ce grand discours fondateur n'est pas juste un écran de fumée" destiné à "faire oublier que depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron a pris des mesures (...) contre les quartiers populaires" comme "la baisse des APL", "la saignée des offices HLM les plus pauvres" ou "la diminution drastique des emplois aidés".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.