La question du jour:

Accès à l'université : faut-il sélectionner les étudiants ?




Accès à l'université : faut-il sélectionner les étudiants ?
Des étudiants de la Sorbonne, à Paris, s'apprêtent à suivre un cours dans un amphithéâtre. (Illustration)

Orange avec AFP, publié le lundi 30 octobre 2017 à 07h00

La sélection va-t-elle faire son entrée en première année de licence de l'université ? La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal dévoilera lundi 30 octobre les nouvelles modalités d'entrée à l'université. L'objectif est de remplacer l'Admission post-bac (APB) qui a laissé sans affectation des milliers de jeunes bacheliers après de nombreux cafouillages à la rentrée 2017.



De la mi-juillet au 20 octobre, des groupes de travail constitués de représentants des étudiants, enseignants, universités, recteurs, parents ont planché sur plusieurs thèmes. Avec pour objectifs de supprimer le tirage au sort -seule voie autorisée par le code de l'éducation pour départager les candidats à une licence où la demande excède les capacités d'accueil- et réduire le taux d'échec en première année (près de 60%).



Quatre options ont été discutées: accès libre à l'université sans avis ni recommandation (la situation actuelle), accès libre avec avis et recommandations, accès sous condition, accès sélectif (comme dans les classes prépa, BTS, IUT ou double-licences).

"L'idée n'est pas de dire 'oui' ou 'non' comme dans les filières sélectives mais de répondre plutôt 'oui' ou 'oui mais'", a déclaré la ministre dans un entretien à L'Obs paru jeudi. "Dans ce nouveau système, soit le lycéen dispose des compétences nécessaires pour suivre les cours auxquels il veut s'inscrire. Soit certaines bases ne sont pas acquises et dans ce cas, nous pourrions lui proposer un accompagnement spécifique", a-t-elle ajouté. "Ce qui fait débat", c'est le caractère obligatoire, ou pas, de ces "sas de remise à niveau", a rappelé Frédérique Vidal.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
122 commentaires - Accès à l'université : faut-il sélectionner les étudiants ?
  • prenez déjà les mentions, ensuite les meilleurs qui suivent et qui auraient louper la mention, ensuite vous completez pour faire plaisir aux parents jusqu a la limite de places disponibles il faut aussi ne pas oublier, que dans le monde du travail manuel, ils faut des gens a la hauteur et capables enseignants vous etes responsable de se bordel comme dit Macron mais la retraite arrive courage

  • La sélection par les notes est inévitable, il faut avoir le niveau !
    Sinon perdre son temps et le gâcher !
    Et quand on écoute ce que les bacheliers doivent apprendre dans les sectio s remises à niveau ! Orthographe, ponctuation vocabulaire , ,, Nos anciens savaient en passant le certificat d'étude !

    Le niveau post bac et certificat d’étude n’est pas le même. Feuilletez des annales de concours d’orthophonie et vous verrez que le niveau demandé est beaucoup plus élevé. Il faut arreter de dire que les bachelier sont nuls, que ceux qui le disent s’amusent à repasser le bac. Ma fille passe le même bac que j’ai passé en 91, et je peux vous dire que le niveau d’aijourd’hui est beaucoup plus costaud, surtout en langue...

  • Au début des années 70, 65% des lycéens avaient le bac du premier coup, une grande partie allait dans la vie active et les autres en général réussissaient des études supérieures, après l'arrivée de la gauche qui voulait 80% des éléves bachelier, 40% des étudiants redoublent la première année, 10% abandonnent, et rebelote en deuxième année ....
    Lorsque lors d'une réunion ( en 2003 ) avec le prof principal de la classe de ma fille en seconde générale je m'inquiétais de la différence: 2 classes de première S pour l'année suivante pour 12 classes de seconde il m'a répondu : ne vous inquiétez pas, la moitié des élèves ne seront plus là, ils seront dans la rue des citées ! Bêtement je dis : il auraient dû redoubler la troisième? Non, ils devraient être en sixième !!!

    Hélas c est exact , mais ils sont très orgueilleux. ...et nuls !

    Il y a un gros ecrêmage du général vers le techno voire même bac pro ou cap. La marche entre le collège et le lycée est élevée exprés car le cycle terminal reprèsente aussi une sacrée étape. La seconde est un « galop d’essai »...je connais beaucoup d’élèves qui rêvaient de se voir en S et en médecine et qui sont en Stmg... Si l’orientation est bien faite, c’est ce qui permet un beau pourcentage de réussite au bac. Malheureusement, il y a encore du boulot car beaucoup d’élèves ne sont pas là où ils devraient étre: S sans notes au dessus de la moyenne en seconde ou en L parce que c’était stmg ou L ...

  • il faut virer les touristes comme les dirigeants de l'UNEF qui sont toujours étudiants à 30 ans avec seulement une licence; mais leur avenir est assuré, ils seront députés ou sénateurs sans avoir un métier .; ils ne connaissent que les emplois fictifs

  • L'enseignement, surtout avec la belkacem, a préconisé le nivellement par le bas; on adapte le programme aux plus mauvais.
    Si l'on veut que le niveau en France redevienne ce qu'elle était il faut donner la possibilité aux "excellents" de continuer à s'améliorer et non pas leur empêcher leur développement personnel.
    Oui à la sélection en fonction de leurs connaissance et aussi leurs diplômes (si on arrête de diminuer le niveau de ceux ci) mais sans toutefois rejeter les moins bons.