La question du jour:

Déserts médicaux : le plan du gouvernement est-il suffisant ?




Déserts médicaux : le plan du gouvernement est-il suffisant ?
Le gouvernement a présenté le 13 octobre son plan de lutte contre les déserts médicaux.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 14 octobre 2017 à 07h00

Assurer l'accès aux soins partout en France grâce aux maisons de santé, à la télémédecine ou à la coopération entre professionnels de santé: le gouvernement a dévoilé vendredi 13 octobre en Haute-Vienne son plan de lutte contre les déserts médicaux, privilégiant le "pragmatisme" aux mesures choc.

"L'accès aux soins est au cœur du pacte social", a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe, venu inaugurer avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, une maison de santé à Châlus, dans une région confrontée comme tant d'autres au manque de médecins. Un peu plus de 8% de la population vit dans l'une des 9.000 communes sous-denses en médecins généralistes, soit environ 5,3 millions d'habitants, rappelle le gouvernement.

"QU'UNE PREMIÈRE ÉTAPE"

"Faire confiance aux acteurs" de terrain, c'est la "nouvelle méthode" adoptée par le gouvernement après cinq années de tensions entre la précédente ministre Marisol Touraine et les professionnels de santé.

Le plan veut ainsi faciliter les initiatives locales en s'appuyant sur les nombreuses expériences, en impliquant soignants, élus et patients, comme le réclamait l'Ordre des médecins.  

Des mesures saluées par le syndicat d'internes en médecine générale Isnar-IMG, qui y voit "un parti pris ambitieux". Le syndicat de médecins remplaçants (Reagjir) s'est lui félicité de "l'écoute et (de) l'attention" du gouvernement. Quant au syndicat de généralistes MG France, s'il "se réjouit de voir le gouvernement prendre la mesure du problème posé par l'accès aux soins", il ne voit toutefois dans ce plan qu'une "première étape". Membre de la délégation accompagnant les ministres, le président du premier syndicat de médecins libéraux (CSMF), Jean-Paul Ortiz, s'est réjoui de voir plusieurs de ses demandes exaucées tout en regrettant un plan "trop centré sur les maisons de santé".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
90 commentaires - Déserts médicaux : le plan du gouvernement est-il suffisant ?
  • Pourquoi tant de médecins dans les villes de cure ? au bord de la Méditerranée ?, à Paris et les métropoles ?
    Ces mesures ne changeront rien. Quel jeune médecin ira s'installer en campagne ou des des zones peu attractives.
    Un jeune prof, policier ou gendarme on ne lui demande pas son avis; On l'envoie là où y a des besoins. C'est vrai, les fonctionnaires sont des nantis .....
    Quant à la télémédecine, arrêtons de fantasmer. Que ce soit en éducation, en médecine, tout ce qui a rapport à l'Humain, rien ne remplace le contact direct.

  • il faut plus de dentistes, d'ophtalmos , etc.. des mois pour avoir un rendez vous ou les urgences a l’hôpital !!!!!

  • Il n'a encore rien compris jupiter ! les charges sont beaucoup trop élevées en france que ce soit sur ce sujet ou un autre, c'est ce qui plonge la france dans la fuite de ceux qui vont entreprendre, s'installer et créer ailleurs !
    Quand il aura enfin accepter de cesser d'être dans le déni de réalité, alors peut être que la france pourra se relever et cesser de s'endetter...la distribution doit s'alléger.

  • mais non c'est pas suffisant, car qui a créer les déserts médicaux c'est bien l'état , avec l'aide des facs qui aiguillent les élèves vers les spécialités rapport qualité et surtout le PRIX hi

  • Obligation faite à tous les nouveaux de s'installer là où existent les besoins et non au bon vouloir d'eux ou de leurs épouses pour au moins 10 ans ; ils seront tous heureux de faire partie des personnalités reconnues et appréciées de leurs lieux de travail et non anonymes dans les villes où ils ont des difficultés à avoir des revenus convenables ; n'oublions pas que leurs études sont payées par nos impôts !

    comme toutes les études !!!

    entièrement d'accord. Voir mon avis que je viens de poster. Cordialement