La question du jour:

Le PS peut-il rebondir ?




Le PS peut-il rebondir ?
Le siège du PS rue de Solférino à Paris le 20 septembre 2017.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 06 octobre 2017 à 07h00

POLITIQUE. Seuls 22% des Français pensent que le Parti socialiste sera une force qui compte dans la vie politique dans cinq ans, révèle un sondage Opinionway.

Après la lourde défaite de Benoît Hamon à la présidentielle et la débâcle aux législatives, le Parti socialiste peut-il revenir sur le devant de la scène politique ? Symbole de sa déliquescence, la direction du parti a récemment décidé de mettre en vente son siège de la rue de Solférino (VIIe arrondissement de Paris), afin d'assainir ses finances et de "préparer l'avenir".

Selon le trésorier, les déroutes électorales successives subies par le PS vont faire passer son budget annuel de 28 à 8 millions d'euros, soit un manque à gagner de cent millions d'euros sur cinq ans par rapport au précédent quinquennat.

À l'issue du second tour des législatives le 18 juin, seuls trente députés PS ont été élus, contre 280 en 2012.

LES FRANÇAIS NE CROIENT PLUS AU PS

Actuellement, 22% des Français pensent que le Parti socialiste sera une force qui compte dans la vie politique dans cinq ans, selon un sondage Opinionway pour Public Sénat, Les Échos et Radio Classique publié jeudi 5 octobre. Dans le détail, 2% pensent qu'il pèsera "certainement", 20% "probablement". À l'inverse, 77% estiment qu'il ne pèsera pas (50% probablement pas, 27% certainement pas). 1% ne se prononcent pas.

L'image du PS est sans surprise très dégradée auprès des Français, selon cette enquête : 19% en ont une bonne opinion (2% très bonne, 17% assez bonne) et 80% une mauvaise (42% assez mauvaise, 38% très mauvaise).

"NOUS SERONS SUR LE RING DANS CINQ ANS"

Interrogé sur ces résultats lors de l'émission "L'Épreuve de vérité" (Public Sénat/AFP/Les Échos/Radio classique), l'ancien premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis ne s'est pas montré surpris. "C'est normal parce que le Parti socialiste est convalescent et qu'il ne peut pas aujourd'hui incarner une alternative. Pourtant, c'est le parti de l'alternative", a-t-il estimé.

"Je pense que, contrairement à ce qu'affirme le sondage, nous serons sur le ring dans cinq ans", a-t-il assuré. "Macron ne surprendra plus, il aura gouverné. Et Jean-Luc Mélenchon, qui pendant trois ou quatre ans aura divisé, ça ne sera plus le même. Donc vous aurez une situation politique totalement différente", a-t-il poursuivi.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU