La question du jour:

Irma : l'État a-t-il bien anticipé la crise ?




Irma : l'État a-t-il bien anticipé la crise ?
Les partis politiques d'opposition et les riverains des îles touchées ont dénoncé l'impréparation de l'État.

Orange avec AFP, publié le lundi 11 septembre 2017 à 07h00

Les critiques sont venues de toutes parts. Dimanche, alors que Saint-Martin et Saint-Barthélemy se remettaient à peine du choc après le passage de l'ouragan Irma, la polémique sur une éventuelle défaillance de l'État a gonflé.

Les partis politiques d'opposition, mais aussi les habitants des îles touchées ont laissé éclater leur colère.

"C'est inadmissible! Vous pouvez le dire!", ont lancé certains riverains aux journalistes présents sur place. "Je suis en colère après Paris et sa gestion de crise", a expliqué à l'AFP un fonctionnaire installé depuis six ans sur l'île, en pointant des militaires "sans matériel" et confiné dans leur caserne en attendant le passage de l'ouragan José. Beaucoup ont également pointé du doigt le manque d'information donnée par les autorités.


Samedi, la présidente du Front national avait l'une des premières à dénoncer le manque de moyens de secours et de maintien de l'ordre présents sur l'île. "Ce qui se passe là-bas est effroyable : les magasins sont pillés, des domiciles fracturés, on crie même 'sortez les blancs'", a lui déclaré le député apparenté FN du Gard, Gilbert Collard, ce dimanche sur BFMTV. "Le gouvernement avait à peu près cinq jours pour se préparer. On envoie maintenant le GIGN, le GIPN, des légionnaires venus de Guyane (...) Pourquoi toutes ces mesures n'ont-elles pas été prises avant ?"

UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE ?

"Dans quelques jours, la vérité apparaîtra : il y a des dégâts beaucoup plus importants que ce qu'on dit. Et du côté hollandais, il n'y a pas d'émeutes, de pillages, les mesures anticipatrices ont été prises", a ajouté l'ancien avocat. Le leader et député de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a lui proposé ce dimanche d'ouvrir "une commission d'enquête parlementaire pour savoir si l'on a prépositionné des forces militaires et civiles en nombre suffisant, alors qu'on savait que l'ouragan arrivait".

De son côté, le député LR des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a dénoncé "une défaillance de l'État" dans la gestion de la catastrophe et également réclamé une commission d'enquête parlementaire. "On aurait du mieux prépositionner des forces, des unités de sécurité civile pour protéger les populations, des militaires", a-t-il déclaré au "Grand Jury" LCI/RTL/Le Figaro.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
77 commentaires - Irma : l'État a-t-il bien anticipé la crise ?
  • déjà si on avait évacué les gents avant que l'ouragan n'arrive on en serait pas là.Mais voilà les Antilles c'est loin et ça coûte cher,maintenant ça nous coûtera un peu plus car les assurances vont plus qu'augmenter.Peut être même que les gents de là bas vont pouvoir et avoir droit de payer des impots,ce qui serait plus que juste!

  • Objectivement ils sont au top, il faudrait des annees pour arriver au meme niveau de communication, d'abris, de protection des biens et des personnes, la masse de volontaires, participation de l'armee, de la garde civile, des helicopteres meme pour sauver des chiens abandonnes, etc...les detracteurs qui s'expriment n'ont a priori jamais vecus un ouragan.

  • Cet ouragan est pisté depuis son origine et l'on savait bien en amont qu'il était susceptible de toucher les deux îles françaises. Ce que l'on peut reprocher au gouvernement, c'est de n'avoir pas pré positionné sur place des secours et des forces de l'ordre en nombre suffisant.

  • J'ai répondu non. Si effectivement, tout est actuellement mis en oeuvre et si les premier secours arrivés sur place font quasiment l'impossible, je ne comprend pas que compte tenu des prévisions qui avaient été faites, les décideurs n'ont pas mieux anticipé notamment pour éviter les agressions et pour amener du matériel de déblaiement qui aurait pu être stocké sur les partie haute de l'île (un bulldozer ne s'envole pas même avec des vent de 300 km/h) . Il me semble que du coté hollandais de l'île tout c'est mieux passé.

  • non , le gouvernement n'a rien anticipé, comme d'hab , comme pour les attentats, après on essaie de faire mais avant on courbe l'échine et surtout on attend le miracle qui ne viendra surement pas . Monsieur Macron est trop occupé à se regarder le nombril pour penser à ses concitoyens