La question du jour:

Irma : l'État a-t-il bien anticipé la crise ?




Irma : l'État a-t-il bien anticipé la crise ?
Les partis politiques d'opposition et les riverains des îles touchées ont dénoncé l'impréparation de l'État.

Orange avec AFP, publié le lundi 11 septembre 2017 à 07h00

Les critiques sont venues de toutes parts. Dimanche, alors que Saint-Martin et Saint-Barthélemy se remettaient à peine du choc après le passage de l'ouragan Irma, la polémique sur une éventuelle défaillance de l'État a gonflé.

Les partis politiques d'opposition, mais aussi les habitants des îles touchées ont laissé éclater leur colère.

"C'est inadmissible! Vous pouvez le dire!", ont lancé certains riverains aux journalistes présents sur place. "Je suis en colère après Paris et sa gestion de crise", a expliqué à l'AFP un fonctionnaire installé depuis six ans sur l'île, en pointant des militaires "sans matériel" et confiné dans leur caserne en attendant le passage de l'ouragan José. Beaucoup ont également pointé du doigt le manque d'information donnée par les autorités.


Samedi, la présidente du Front national avait l'une des premières à dénoncer le manque de moyens de secours et de maintien de l'ordre présents sur l'île. "Ce qui se passe là-bas est effroyable : les magasins sont pillés, des domiciles fracturés, on crie même 'sortez les blancs'", a lui déclaré le député apparenté FN du Gard, Gilbert Collard, ce dimanche sur BFMTV. "Le gouvernement avait à peu près cinq jours pour se préparer. On envoie maintenant le GIGN, le GIPN, des légionnaires venus de Guyane (...) Pourquoi toutes ces mesures n'ont-elles pas été prises avant ?"

UNE COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE ?

"Dans quelques jours, la vérité apparaîtra : il y a des dégâts beaucoup plus importants que ce qu'on dit. Et du côté hollandais, il n'y a pas d'émeutes, de pillages, les mesures anticipatrices ont été prises", a ajouté l'ancien avocat. Le leader et député de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a lui proposé ce dimanche d'ouvrir "une commission d'enquête parlementaire pour savoir si l'on a prépositionné des forces militaires et civiles en nombre suffisant, alors qu'on savait que l'ouragan arrivait".

De son côté, le député LR des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a dénoncé "une défaillance de l'État" dans la gestion de la catastrophe et également réclamé une commission d'enquête parlementaire. "On aurait du mieux prépositionner des forces, des unités de sécurité civile pour protéger les populations, des militaires", a-t-il déclaré au "Grand Jury" LCI/RTL/Le Figaro.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.