La question du jour:

Migrants : le gouvernement a-t-il raison de créer de nouveaux centres ?




Migrants : le gouvernement a-t-il raison de créer de nouveaux centres ?
Aujourd'hui, à Calais, il y a "environ 350 à 400 migrants", selon Gérard Collomb (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le mardi 01 août 2017 à 07h00

Huit mois après le démantèlement de la "Jungle", le gouvernement va ouvrir deux nouveaux centres pour migrants dans les Hauts-de-France, afin de faire baisser la pression à Calais (Pas-de-Calais), où les candidats à l'exil subissent des "traitements inhumains" selon le Conseil d'État.

"Nous ne voulons pas recommencer les mauvaises expériences du passé et nous ouvrirons deux centres assurant l'hébergement et l'examen des situations de ces personnes", a annoncé le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, lundi lors d'une conférence de presse.

Le ministre de l'Intérieur ne veut pas revoir ce qu'il avait qualifié en juin d'"abcès de fixation", semblable à la "Jungle" de Calais. Jeudi 27 juillet, Emmanuel Macron a promis qu'il n'y aurait "d'ici la fin de l'année (...) plus personne dans les rues, dans les bois".

UNE "INJUSTICE" POUR LA MAIRE DE CALAIS

Apparu au printemps 2015, ce gigantesque bidonville avait compté des milliers de migrants jusqu'à son démantèlement fin octobre 2016. Mais les autorités sont aussi sommées de répondre à la grave situation humanitaire sur place.

"Un premier pas important", a jugé lundi Didier Degrémont, du Secours catholique. Christian Salomé, de l'Auberge des migrants, une association très active sur place, prône, lui des "couloirs humanitaires" vers l'Angleterre. 

Quant à la maire de Calais, Natacha Bouchart (LR), elle dénonce une "injustice" et avertit qu'elle ne se pliera pas "aux injonctions" de la justice administrative.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU