La question du jour:

Incendies : les autorités en font-elles assez ?




Incendies : les autorités en font-elles assez ?

Un avion Tracker en intervention sur l'incendie de Bormes-les-Mimosas, le 26 juillet 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 27 juillet 2017 à 07h00

Plus de 10.000 personnes évacuées dans la nuit à Bormes-les-Mimosas (Var), environ 7.000 hectares de végétation partis en fumée et deux nouveaux fronts dans les Bouches-du-Rhône : les sapeurs-pompiers luttaient mercredi pour le troisième jour consécutif contre des incendies dévastateurs dans le Sud.

"Admiration et courage pour celles et ceux qui luttent sans répit contre le feu qui ravage certains de nos territoires", a tweeté le président de la République Emmanuel Macron souhaitant "plein soutien à celles et ceux obligés de quitter leur domicile menacé". Edouard Philippe a quant à lui salué, à l'Assemblée nationale, "les plus de 6.000 femmes et hommes" qui "prennent beaucoup de risques et luttent d'arrache-pied" contre le feu.



MANQUE D'AVIONS ?

Mardi 25 juillet, un syndicat de pilotes de Canadair avait interpellé la Sécurité civile au sujet du "manque d'avions bombardiers d'eau" opérationnels, certains étant cloués au sol.

"Notre pays a subi de terribles incendies sur lesquels nous n'avons pas été capables de mettre en œuvre la stratégie de lutte contre les feux de forêts dont vous êtes le garant (...) Cette incapacité est liée directement au manque d'avions bombardiers d'eau", écrit le Syndicat national du personnel navigant de l'aéronautique civile (SNPNAC) dans un courrier daté de mardi et adressé au directeur général de la Sécurité civile.

"Ce jour (mardi), il manque 4 Canadair et 1 Tracker en ligne de vol. La raison est simple, (le) manque de pièces détachées", a déclaré à l'AFP Stéphan le Bars, responsable du syndicat et pilote de Canadair.

Dans la soirée, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé la commande de six bombardiers d'eau de type Dash 8 supplémentaires pour lutter contre les incendies de forêt. La flotte "est aujourd'hui suffisante en France", mais doit "faire l'objet à chaque fois d'un entretien quand elle revient à terre", a déclaré le ministre.

Pour venir à bout de ces feux destructeurs qui n'ont toutefois pas fait de victime, la France a sollicité deux avions Canadair dans le cadre de l'aide européenne. Mardi soir, un premier avion prêté par l'Italie est arrivé en Corse.

Au total, dans le Sud-est et en Corse, sapeurs-pompiers et militaires de la sécurité civile étaient appuyés par 19 bombardiers d'eau (Canadair, Tracker et Dash). Plus d'une vingtaine de secouristes ont été blessés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
89 commentaires - Incendies : les autorités en font-elles assez ?
  • après les feux les promoteurs vont bien pouvoir construire avec la complicité des politiques .le feux rapporte a ces gens la .

  • Bien sur que NON ! au contraire elles attisent le feu en venant faire du vent avec la girouette Philippe qui fait encore des promesses à la Macron pour des avions qui ne seront livrés que dans plusieurs années !!

  • Ce ne sont pas les autorités qui font, ce sont les pompiers et, oui, ils font tout ce qu'ils peuvent avec les moyens dont ils disposent.

  • Non, les autorités n'en font pas assez car, comme pour l'armée, les soldats du feu sont "au bout du rouleau" par manque de moyens matériels notamment et servent aussi de variable d'ajustement dans de nombreux cas. MAIS, cette question en cache une autre, tout aussi importante: pourquoi de plus en plus d'incendies, et de plus en plus graves? Outre le réchauffement climatique qui est, sans nul doute, un facteur aggravant, l'abandon de certains milieux à la friche qui gagne de plus en plus de terrain est , de toute évidence la principale cause. Et, cet abandon est à mettre en relation notamment avec l'évolution des pratiques agricoles et forestières aggravées par la dévalorisation des métiers concernés ( bergers, bûcherons..) Il suffit de voir quelles sont les régions les plus touchées!

  • Lorsque l'on constate, depuis bientôt des siècles, que les politiques de ce Pays vivent sous les dorures et le faste comme sous Louis XIV, avec des avantages surréalistes de nos jours, alors que personne ne s'étonne que nos pauvres pompiers n'aient que les avions de 60 ans d'âge avec des équipements très moyens. Aujourd'hui tout le monde les congratulent mais les politiques ne font rien lorsqu'ils sont caillassés et insultés par des "djeunes" dans les banlieues. Pas plus considérés que l'Armée, ces hommes et ces femmes doivent avoir un sacré moral pour assumer leurs mission au pérril de leurs vies. Un grand merci à eux tous./