La question du jour:

Dents, lunettes : le remboursement intégral annoncé par Philippe est-il réaliste ?




Dents, lunettes : le remboursement intégral annoncé par Philippe est-il réaliste ?
Edouard Philippe lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, le 4 juillet 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 05 juillet 2017 à 07h00

Le Premier ministre a obtenu mardi une large confiance de la nouvelle Assemblée profondément renouvelée, après avoir décliné dans son discours de politique générale de nombreuses annonces touchant l'éducation, la santé et le budget. Il a notamment confirmé la promesse d'un possible remboursement intégral d'ici 2022 des soins dentaires, auditifs et des lunettes.



La question du financement d'une telle mesure, alors que les renoncements aux soins pour raisons pécuniaires restent difficiles à évaluer, reste cependant en suspens. Le Premier ministre, qui a confirmé un engagement du président de la République, a donné peu de détails sur la mise en place de cette mesure qui devrait impliquer davantage les mutuelles dans le financement des soins.

C'est potentiellement 4,4 milliards d'euros, - le montant restant aujourd'hui à la charge des patients, selon l'évaluation de la Mutualité française -, qu'il faudra financer. "Le cadre est donné, il faut maintenant définir ce qui sera précisément remboursé et la population qui sera concernée", nuance le président de la Mutualité française, Thierry Beaudet, joint par l'AFP.

Le Premier ministre a en effet précisé que "tous les Français auront accès à des offres" de mutuelles "sans aucun reste à charge". Chacun sera donc libre d'y souscrire ou non.

"LE RISQUE, C'EST QUE LES TARIFS CONTINUENT D'AUGMENTER"

Emmanuel Macron, qui avait exclu toute augmentation des tarifs des mutuelles pendant sa campagne, souhaitait encourager la concurrence entre complémentaires santé grâce à l'instauration de contrats types, plus faciles à comparer. "Les professionnels de santé seront incités à modérer leurs dépassements, par le biais combiné de contrats responsables et des négociations conventionnelles", précise la ministre de la Santé Agnès Buzyn dans sa feuille de route adressée au Premier ministre.

"Si nous augmentons les remboursements sans pouvoir agir sur les prix, le risque c'est que les tarifs continuent d'augmenter". Pris globalement, "le reste à charge ne diminue pas", met en garde M. Beaudet.

Pour le gouvernement, l'objectif est de "rompre le cercle vicieux du 'renoncement aux soins'" . Selon une étude de l'Observatoire des non recours aux droits et aux services (Odenore) de 2016, plus d'un quart des 29.000 assurés interrogés dans les accueils de 18 caisses d'assurance maladie ont dit avoir renoncé à des soins. Dans 3 cas sur 4, les obstacles sont financiers, surtout en l'absence d'une complémentaire santé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
114 commentaires - Dents, lunettes : le remboursement intégral annoncé par Philippe est-il réaliste ?
  • D' ici 2022, ? faudra attendre pour ce changer les lunettes ou les dents 4 ans dans le meilleur des cas!!

  • Ca sent l'arnaque à plein nez !

  • Comment ce remboursement intégral sera financé sinon par l'augmentation des cotisations aux mutuelles...enfin pour ceux qui cotisent car pour les autres bénéficiaires de l' AME ou de la CMU c'est déjà tout gratis.
    Faut pas rêver : macron donne une phalange d'un doigt et en échange il mange le bras entier des petites gens...

  • et quand petit retraité on ne peut se payer une mutuelle que se passe-t-il ? encore une belle arnaque !!

  • NON c'est du pipo.