La question du jour:

Êtes-vous favorable à la réduction d'un tiers du nombre de parlementaires ?




Êtes-vous favorable à la réduction d'un tiers du nombre de parlementaires ?
Emmanuel Macron devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles, le 3 juillet 2017.

Orange avec AFP, publié le mardi 04 juillet 2017 à 07h00

Emmanuel Macron a solennellement promis lundi à la tribune du Congrès, dans les fastes de Versailles, de répondre à "l'impatience" des Français par un "changement profond", symbolisé par une multitude de réformes institutionnelles comme la "réduction d'un tiers" du nombre de parlementaires ou l'introduction d'une "dose de proportionnelle".

"Un Parlement moins nombreux, mais renforcé dans ses moyens, c'est un Parlement où le travail devient plus fluide, où les parlementaires peuvent s'entourer de collaborateurs mieux formés et plus nombreux. C'est un Parlement qui travaille mieux", a-t-il justifié.

Cette réforme, "qui devra être conduite en veillant à la juste représentation de tous les territoires de la République", n'a pas pour but de nourrir l'antiparlementarisme, au contraire. Elle vise à donner aux élus de la République plus de moyens et plus de poids", a-t-il justifié.

DÉLAI D'UN AN

Emmanuel Macron a par ailleurs confirmé sa volonté d'élire les députés "avec une dose de proportionnelle", sans préciser de chiffre, afin que "toutes les sensibilités y soient justement représentées". Il a également proposé une "limitation du cumul des mandats dans le temps" pour les parlementaires, a priori trois mandats même s'il n'a pas cité de chiffres.

Comme le reste des réformes institutionnelles, il souhaite que cette transformation du Parlement "soit parachevée d'ici un an". "Ces réformes seront soumises au vote du Parlement mais si cela est nécessaire, je recourrai au vote de nos concitoyens par voie de référendum", a-t-il dit.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU