La question du jour:

Selon vous, Simone Veil doit-elle entrer au Panthéon ?




Selon vous, Simone Veil doit-elle entrer au Panthéon ?
Simone Veil à l'Assemblée nationale le 26 novembre 1974.

Orange avec AFP, publié le samedi 01 juillet 2017 à 07h00

Immense figure de la vie politique française, l'ancienne ministre Simone Veil, qui avait porté la loi légalisant l'avortement en 1974, est morte vendredi matin, a annoncé à l'AFP son fils Jean Veil. Elle était rescapée des camps de la mort, où elle avait été déportée à 16 ans, et incarnait pour les Français la mémoire de la Shoah.

Connue pour son fort caractère, celle qui a été l'une des personnalités préférées des Français était affaiblie depuis plusieurs années. L'été dernier, elle avait été brièvement hospitalisée pour des problèmes respiratoires.

De nombreuses personnalités politiques et associations ont demandé vendredi, quelques minutes après l'annonce du décès de Simone Veil, son entrée au Panthéon. Une pétition a été adressée en ce sens par l'association Politiqu'elles à Emmanuel Macron et à la secrétaire d'État chargée de l'égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa.

► La nationalité française et l'accord de la famille, deux conditions indispensables pour rentrer au Panthéon

Sous la Ve République, seul le président de la République peut décider de l'entrée d'une personnalité au Panthéon, sur proposition du Premier ministre et du ministère de la Culture. Deux conditions sont indispensables : la nationalité française de l'individu honoré et l'accord de la famille. Cette centriste historique, membre du Conseil constitutionnel de 1998 à 2007, s'est illustrée en faisant voter la loi portant son nom sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Elle était alors ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Simone Veil commence en 1956 sa carrière dans la magistrature, comme substitut à l'administration centrale du ministère de la Justice. Elle est la première femme à devenir secrétaire général du Conseil supérieur de la magistrature (1970-74).

Entrée en politique en 1974, comme ministre de la Santé dans le gouvernement Chirac, elle le demeurera dans les trois gouvernements Barre, se voyant adjoindre la Sécurité sociale en 1977-78, et la Famille en 1978-79. Tête de liste UDF lors des premières élections au Parlement européen au suffrage universel en 1979, elle renonce à son poste ministériel pour devenir présidente du Parlement européen (1979-1982). Réélue en 1984 et 1989, Simone Veil siégera au Parlement jusqu'en 1993. De 1993 à 1995, Simone Veil est ministre d'Etat, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, dans le gouvernement Balladur. Soutien de Raymond Barre à la présidentielle de 1988, elle rallie Edouard Balladur dans la course à l'Elysée en 1995. Elle soutient Nicolas Sarkozy en 2007.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
129 commentaires - Selon vous, Simone Veil doit-elle entrer au Panthéon ?
  • Madame Veil est déjà au Panthéon de l'histoire ! car Madame Veil sera toujours le souvenir vivant des atrocités de la Shoah perpétrées par le grand socialiste Hitler , les camps de la mort sont à jamais les témoins de la nuisance de cette idéologie socialo-marxiste !!

  • notre avis ne compte pas a sa famille de choisir

  • Je pense que oui. Parce que qui mérite, au 21 ième siècle de rentrer au Panthéon ???
    La France n'est plus occupée, il n'y a plus de scientifiques français qui font des découvertes extraordinaires....
    Cette femme a tout de même révolutionné la société française et jeté les bases du féminisme en France.

    Elle est la dernière figure de la révolution en France.

  • Une grande Dame qui c'est battu pour les autres et Oui elle Mérite d’Être au Paneton

  • c'était une très grande dame que nous admirions toutes,et beaucoup de femmes politique de maintenant ne lui
    arrivent pas à sa hauteur;