La question du jour:

Code du travail : craignez-vous un bras de fer avec les syndicats ?




Code du travail : craignez-vous un bras de fer avec les syndicats ?
Édouard Philippe a présenté le calendrier prévu pour la réforme du Code du travail.

Orange avec AFP, publié le mercredi 07 juin 2017 à 07h00

Le gouvernement a dévoilé mardi 6 juin son programme et son calendrier pour réformer le code du travail, en prenant l'engagement de "respecter" les partenaires sociaux pendant la concertation de l'été. Remis mardi aux partenaires sociaux, le document a été présenté à la presse par le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Soucieux de ménager les syndicats, après la fronde contre la loi travail en 2016, M. Philippe a pris "l'engagement" de "respecter" tous les partenaires sociaux.

La concertation se fera en deux phases: une cinquantaine de réunions entre le 9 juin et le 21 juillet, puis une autre série d'août à début septembre. Elle portera sur trois thèmes: la "nouvelle articulation de l'accord d'entreprise et de l'accord de branche", la "simplification et le renforcement du dialogue économique et social et de ses acteurs" et "la sécurisation des relations de travail".


Cependant, la CGT a d'ores-et-déjà prévenu qu'elle allait se mobiliser. "Il y aura des mobilisations parce que sans mobilisations, tout gouvernement, comme beaucoup de dirigeants de grandes entreprises, ont les oreilles beaucoup plus bouchées que quand il y a des mobilisations", a déclaré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, sans donner de date. "Les salariés et travailleurs seront les grands perdants de cette réforme", a-t-il ajouté.

Le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, est également à la pointe de la contestation. "Il est incontestable que beaucoup de gens se vouent d'une manière un peu aveuglée au chef de l'Etat alors même qu'il est en train de procéder à un coup d'Etat social", a affirmé sur TF1 le chef de la France insoumise, présentant sa formation comme "la seule dans une opposition humaniste et républicaine" à M. Macron.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU