La question du jour :

Comme Manuel Valls, estimez-vous que le Parti socialiste est mort ?




Comme Manuel Valls, estimez-vous que le Parti socialiste est mort ?
Manuel Valls à Privas le 20 mai 2016.

, publié le mercredi 10 mai 2017 à 07h00

Manuel Valls a estimé mardi 9 mai sur RTL que le Parti socialiste (PS) tel qu'il l'a connu n'existait plus. "Ce Parti socialiste est mort, il est derrière nous, pas son histoire et ses valeurs, mais il doit se dépasser", a déclaré l'ancien Premier ministre.

Manuel Valls a également regretté que son parti ne soit pas "beaucoup plus clair" vis-à-vis d'Emmanuel Macron.



"Ce n'est pas en quelques jours que le Parti socialiste va traiter son bilan, son histoire et voir la forme qu'il va prendre demain", a estimé le candidat malheureux à la primaire de la "Belle alliance populaire". "Aujourd'hui, l'essentiel, c'est de donner une majorité large, cohérente, sans futur frondeur - si vous voyez ce que je veux dire - à Emmanuel Macron pour qu'il puisse gouverner", a lâché Manuel Valls.

Le député de l'Essonne a profité de cet entretien à RTL pour se porter candidat aux élections législatives sous l'étiquette En Marche!, le parti d'Emmanuel Macron, qui porte selon lui, "la recomposition politique". "Il faut aller jusqu'au bout de cette recomposition, ceux qui restent au milieu du gué seront emportés", a argumenté Manuel Valls qui a même tendu la main à ses amis socialistes. "J'invite d'ailleurs tous les députés sortants, les progressistes, ceux qui ont appelé à voter Emmanuel Macron avant le premier tour, ceux qui souhaitaient sa victoire, moi, je serai candidat de la majorité présidentielle, et souhaite m'inscrire dans ce mouvement qui est le sien, la République en marche". Dans son sillage, le député PS Malek Boutih a également fait part de sa volonté de porter les couleurs d'En Marche! : "Moi je serai candidat pour la majorité présidentielle parce que j'ai envie que mon pays réussisse", a-t-il déclaré, ajoutant que le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis "n'a rien compris".



Si Manuel Valls a annoncé sa candidature sous la bannière En Marche!, le mouvement a refusé, pour l'heure, de valider son investiture.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.