La question du jour :

Législatives : allez-vous soutenir le parti d'Emmanuel Macron ?




Législatives : allez-vous soutenir le parti d'Emmanuel Macron ?
Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre à Paris le 7 mai 2017.

, publié le mardi 09 mai 2017 à 07h00

Emmanuel Macron n'a pas encore officiellement pris ses fonctions de président de la République, mais déjà les regards sont tournés vers les élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Le parti d'Emmanuel Macron parviendra-t-il à remporter la majorité des sièges à l'Assemblée nationale ? Lundi 8 mai, le nouveau président a quitté la présidence d'En Marche! (rebaptisé "La République en marche"), remplacé à la tête du parti par Catherine Barbaroux.

Le mouvement présentera un candidat dans chacune des 577 circonscriptions. Lors d'une conférence de presse lundi, Richard Ferrand a annoncé que "les 577 candidats d'En Marche! seront connus d'ici à jeudi midi".



Selon un sondage Kantar-Sofres Onepoint pour LCI, Le Figaro et RTL, publié dimanche 7 mai, le parti La République en marche pourrait arriver en tête des élections législatives avec 24% des votes. Les Républicains (LR) et le Front national (FN) se placeraient en deuxième et troisième position, avec 22% et 21% des voix.

La donne est un peu différente selon une enquête Ipsos/Sopra Steria publiée également dimanche soir par France Info. Cette majorité, qu'espère tant Macron, pourrait être difficile à obtenir. En effet, 61% des Français interrogés ne souhaitent pas que le parti du président élu dispose d'une majorité à l'Assemblée nationale. Seules 15% des personnes interrogées sont "tout à fait" favorables à une majorité de la République en marche à l'Assemblée.

Lors de son discours sur l'esplanade du Louvre à Paris dimanche soir, Emmanuel Macron a rappelé combien il était important que ses soutiens se mobilisent dans la perspective des échéances de juin. "Cette majorité de changement, c'est cela que j'attends de vous dans six semaines, car j'aurai encore et encore besoin de vous", a-t-il déclaré à la tribune.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.