La question du jour :

Selon vous, Emmanuel Macron sera-t-il un bon président ?




Selon vous, Emmanuel Macron sera-t-il un bon président ?
Emmanuel Macron sur devant la pyramide du Louvre à Paris le 7 mai 2017.

, publié le dimanche 07 mai 2017 à 23h45

POLITIQUE - Le leader d'En Marche! a été élu dimanche 7 mai président de la République en battant largement Marine Le Pen lors d'un second tour marqué par une forte abstention. Mais de nombreux défis attendent cet homme à l'ascension fulgurante, à commencer par l'obtention d'une majorité à l'Assemblée.

En obtenant près de 65,7% des voix face à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen (34,3%), selon les estimations actualisées dimanche soir, Emmanuel Macron devient le 8e président de la Ve République, le plus jeune de l'Histoire.



"Ce que nous avons fait (...) tout le monde nous disait que c'était impossible, mais ils ne connaissaient pas la France!", a jubilé le candidat centriste, 39 ans, lors d'un discours face à ses partisans, massés par milliers devant la pyramide du Louvre, dans le centre de Paris. Mais il a reconnu que sa large victoire n'était pas "un blanc-seing", disant qu'il ferait "tout pour" qu'il n'y ait plus "aucune raison de voter pour les extrêmes". "L'Europe et le monde attendent que nous défendions l'esprit des Lumières", a-t-il également affirmé. "Ils attendent que nous portions une nouvelle espérance, un nouvel humanisme, celui d'un monde plus sûr, d'un monde de libertés défendues, d'un monde de croissance, de plus de justice, de plus d'écologie".

Le nouveau chef de l'État devra transformer l'essai avec les prochaines élections législatives, pour pouvoir former une majorité parlementaire, et convaincre de nombreux Français. En effet, outre les 11 millions d'électeurs qui ont choisi Marine Le Pen, un tiers a refusé de faire le choix. Selon les résultats du ministère de l'Intérieur à 23h portant sur plus de 80% des électeurs, l'abstention est de 24,52%, un chiffre plus élevé qu'au premier tour (22,63%) et le plus haut enregistré depuis la présidentielle de 1969 (31,4%). Outre cette abstention élevée, le ministère dénombre un nombre record de bulletins blancs et nuls qui approcherait les 12% des votants ou 9% des inscrits.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.