La question du jour:

Le débat de l'entre-deux-tours a-t-il été à la hauteur ?




Le débat de l'entre-deux-tours a-t-il été à la hauteur ?
Marine Le Pen et Emmanuel Macron durant le débat de l'entre-deux-tours mercredi 3 mai 2017.

Orange avec AFP, publié le vendredi 05 mai 2017 à 07h00

PRÉSIDENTIELLE - De l'avis de beaucoup, le débat entre le candidat d'En Marche! et la présidente du Front national a été particulièrement difficile à suivre.

Le débat télévisé entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a viré mercredi à un duel virulent et souvent confus, les deux finalistes de l'élection présidentielle se rendant coup pour coup, à quatre jours du second tour. La candidate frontiste a notamment maintes fois attaqué son adversaire sur des aspects personnels, l'accusant à demi-mot d'avoir un compte caché dans les Caraïbes.



Dépassés, les chefs des services politiques de TF1 et France 2, choisis quelques jours auparavant pour présenter le débat, ont laissé le rythme et le ton de cette confrontation leur échapper, malgré de vaines tentatives pour interrompre les candidats. "Je pensais que ça allait monter en puissance, mais pas dès le début", a précisé la journaliste Nathalie Saint-Cricq, évoquant une "spirale". "C'était 50% programme, 50% invectives, et ça montait, c'était de plus en plus violent, et ça tournait de plus en plus en rond." "On avait autant de mal à les faire taire l'un que l'autre", a-t-elle souligné. La journaliste de France 2 reconnaît que la virulence du débat a dû le rendre "stressant" pour les téléspectateurs, dont "certains ont dû aller voir deux minutes le match (de foot) pour s'aérer" sur beIN, qui diffusait la demi-finale de la Ligue des champions AS Monaco-Juventus Turin. "On aurait pu souhaiter un débat d'une autre tenue, des candidats qui s'écoutent davantage, qui s'interrompent moins", a ajouté Christophe Jakubyszyn.

Même Jean-Marie Le Pen s'est montré très critique, notamment envers sa fille. "J'ai trouvé la première demi-heure assez ennuyeuse et probablement incompréhensible à la grande majorité des téléspectateurs", a lancé jeudi 4 mai sur RTL le co-fondateur du FN qui a été exclu du parti. "C'était peut-être à l'avantage de M. Macron, mais ça n'était pas celui de Marine Le Pen qui peut-être a manqué de hauteur", a-t-il ajouté.

Est-ce à cause de la virulence des échanges que les téléspectateurs ont déserté le débat ? Près de 16,5 millions de téléspectateurs ont regardé le duel sur l'ensemble des chaînes qui le diffusaient mercredi soir, moins que lors des débats de 2007 et 2012.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU