La question du jour:

Emmanuel Macron est-il l'"héritier" de François Hollande ?




Emmanuel Macron est-il l'"héritier" de François Hollande ?
Le candidat à l'élection présidentielle Emmanuel Macron, le 1er avril 2017 à Marseille.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 03 avril 2017 à 07h00

Favori des sondages, Emmanuel Macron est accusé par ses concurrents à l'élection présidentielle d'être l'héritier du quinquennat de François Hollande. Une attaque de plus en plus répétée depuis le soutien apporté au candidat d'En Marche ! par Manuel Valls.

Emmanuel Macron, "c'est une supercherie unique dans l'histoire de la Ve République", a asséné François Fillon samedi en Corse, devant ses partisans qui ont hué le nom du candidat d'En Marche!, redoublant leurs rires et leurs sifflets quand le candidat Les Républicains (LR) a appelé son adversaire d'"Emmanuel Hollande".

L'ex-Premier ministre a également accusé Emmanuel Macron de faire "semblant d'être un dissident", alors que son projet est "la continuation" de celui de François Hollande.

Lors de son meeting en soirée à Ajaccio, François Fillon a livré de nouvelles attaques. "Emmanuel Macron n'a rien du renouveau mais tout de l'Ancien Régime. On a beau vouloir habiller complaisamment sa candidature de quelques plumes de l'Aigle, elle ne réussit pas à quitter la basse-cour socialiste", a lancé le député de Paris. "Une majorité de Français veut une alternance politique, un changement radical, des réformes profondes", a-t-il estimé, appelant les électeurs à "un vote de résistance". De Laurent Wauquiez à Éric Woerth, cet angle d'attaque s'est renouvelé ces derniers jours dans les équipes du candidat de la droite.



Dimanche à Bordeaux (Gironde), la candidate du FN a, elle aussi, qualifié Emmanuel Macron de continuateur de la "Hollandie". Emmanuel Macron a répliqué samedi aux vives attaques de François Fillon contre lui, accusant lors de son meeting à Marseille le candidat de la droite à la présidentielle de se retrancher dans un "clan" qui porte "le masque de la haine".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.