La question du jour:

La justice doit-elle enquêter sur l'existence d'un "cabinet noir" ?




La justice doit-elle enquêter sur l'existence d'un "cabinet noir" ?
François Fillon accuse François Hollande d'organiser les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. (Photo d'illustration)
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 27 mars 2017 à 07h00

François Fillon, Valérie Pécresse... Les accusations se multiplient contre François Hollande et l'exécutif : il y aurait à l'Élysée un "cabinet noir" qui organise les fuites dans la presse sur les affaires judiciaires.

Les accusations s'appuient sur les révélations contenues dans un livre - "Bienvenue place Beauvau" -, qui dévoile les secrets de la police sous François Hollande.

À l'occasion de son passage dans "L'Émission politique" de France 2, François Fillon, mis en examen pour détournement de fonds publics et recel et complicité d'abus de biens sociaux, a accusé jeudi soir François Hollande d'organiser, à la tête d'un "cabinet noir", les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. "C'est un livre sur le ministère de l'Intérieur et la place Beauvau, qui, en 250 pages, explique que François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est d'une illégalité totale, comment il est branché directement sur Bercy, sur Tracfin, sur les informations qui lui sont apportées en permanence, comment il est au courant des moindres faits, des moindres filatures, y compris concernant son ancien Premier ministre Manuel Valls", a affirmé François Fillon.

FRANÇOIS HOLLANDE ASSURE "NE JAMAIS INTERFÉRER"

François Hollande a nié, non sans une pointe d'humour, l'existence de ce "cabinet noir". "Écoutez, il y a un cabinet heureusement, qui travaille, mais nous n'avons pas à nous mêler des affaires et vous savez ma position, ça a toujours été l'indépendance de la justice, le respect de la présomption d'innocence et ne jamais interférer", a répondu le chef de l'État. Avec une petite pique en prime : "Je crois que c'est très différent de mes prédécesseurs." "Tout est clair ici, et ce qui n'est pas clair c'est ce que François Fillon doit justifier auprès de la justice", a encore déclaré François Hollande.

Après François Fillon, Valérie Pécresse s'est elle aussi appuyée sur le livre pour dénoncer des manœuvres politiques. La présidente Les Républicains (LR) de la région Île-de-France a estimé sur son compte Facebook avoir été "victime d'une tentative de déstabilisation politique", après l'interpellation de son fils en septembre 2016, pour consommation de cannabis. Les auteurs du livre - les journalistes Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé - affirment que cette information est très vite remontée au sommet de la hiérarchie policière et qu'un des collaborateurs du président de l'Assemblée Claude Bartolone (PS), battu par Valérie Pécresse aux régionales de décembre 2015, en aurait aussitôt informé "ses contacts journalistes".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
109 commentaires - La justice doit-elle enquêter sur l'existence d'un "cabinet noir" ?
  • Bien sûr ! Le président de la magistrature et sous contrôle du président de la république , dès son arrivée s'est de mettre hors d'état de nuire tout le personnel qui n'avait pas les mêmes convictions que lui, changer dès son arrivée le président de la magistrature,mettre à sa place un de ses proches et comme par hasard on retrouve les mêmes juges qui se sont acharnés dans les affaires de Sarko.

  • On sent que la défaite des LR qui se pointe fait des aigris . 
    Il faut donc laisser des mis en examen et des inquiétées par la justice se présenter a la Présidentielle . Et s'ils sont élus que vont dire les autres nations de nous . Que vont ils penser des gens qui nous représenteraient . Bel image de la France n'est pas . 
    Hollande ne se mêle pas des affaires de justice . Il a laissé condamner son amis Cahuzac alors qu'il était au pouvoir ( d'autres n'aurait pas eu cette dignité ) ,il a viré Morelle sur des cirages de chaussures, il a viré son ami Le Roux pour des motifs identiques a ceux reprochés a Fillon .
    C'est cette attitude noble qui vous dérange et vous l'accusez de tous les maux parce que il laisse faire les juges et que cela vous montre le vrai visage de ceux pour qui vous voulez voter . On ne croit jamais ses enfants ', ses proches, ses amis capable de mal se conduire et ce sentiment de trahison vous force a les défendre jusqu'au bout pour ne pas vous sentir trahit ou salit . C'est humain mais il faut s'y resoudre un jour , admettre et passer a autres choses .

    avatar
    VOSGESPAT  (privé) -

    Il faut être naïf pour ne pas s'en rendre compte, parole d'un bon socialiste qui n'a encore rien compris

  • La gauche, Macron, les médias essayent d'embrouiller cette piste, il est très important qu'une enquête soit réalisée rapidement, les auteurs du livre ont cherché mais manque de moyens juridiques et policiers ils ne peuvent approcher plus de la vérité.
    Hollande est un spécialiste expérimenté , voir l'affaire Caton ( facile sur internet, il suffit d'inscrire Caton hollande dans le bandeau de recherche vous aurez tous les détails).

  • avatar
    Shutruk-Nahunte  (privé) -

    "Jeanne était au pain sec dans le cabinet noir,
    Pour un crime quelconque, et, manquant au devoir,
    J'allai voir la proscrite en pleine forfaiture,
    Et lui glissai dans l'ombre un pot de confiture
    Contraire aux lois. Tous ceux sur qui, dans ma cité,
    Repose le salut de la société,
    S'indignèrent, et Jeanne a dit d'une voix douce :
    - Je ne toucherai plus mon nez avec mon pouce ;
    Je ne me ferai plus griffer par le minet. "
    (V. H.)

    Entre la poésie et la politique comment peut-on, un seul instant, hésiter ?

  • On comprend pourquoi beaucoup d'opposants actuels à François Fillon ne sont pas favorables à l'ouverture d'une enquête au sujet d'un « cabinet noir » éventuel à l'Elysée. Dans leur esprit, une enquête aboutit souvent une mise en examen, faute d’éléments suffisants et une mise en examen signifie une culpabilité dans l’opinion publique, même si cela se termine par un non-lieu, auquel cas on considère souvent alors que les juges ont été manoeuvrés.

    « Il n’y pas de fumée sans feu » ! On se demande vraiment où est passée en France la présomption d’innocence ? Alors qu’au contraire, une enquête, voire une mise en examen devrait permettre à un innocent de se libérer du fait que certains peuvent le soupçonner d’être coupable et cela sans limitation de durée. C’est sans doute dû au fait que nos compatriotes estiment ne plus pouvoir faire confiance à la justice, ce qui est bien regrettable, n’est-ce pas?