La question du jour:

Les candidats doivent-ils se prononcer sur l'euthanasie ?




Les candidats doivent-ils se prononcer sur l'euthanasie ?
Une chambre d'hôpital du CHU Angers (illustration).

Orange avec AFP, publié le samedi 25 mars 2017 à 07h00

Une Française de 59 ans, condamnée par la maladie de Charcot qui paralyse progressivement tous ses muscles, a choisi de se rendre en Belgique pour pouvoir mourir dans la dignité. Elle estime que la loi Claeys-Leonetti, votée à l'unanimité en 2016, ne répond pas au droit des malades à disposer de leur corps.

Dans une interview publiée vendredi 24 mars par Le Parisien, cette romancière et directrice de collection installée en Charente-Maritime explique qu'"en accord avec (s)a famille", elle a "décidé de devancer l'horreur" et d'aller mourir en Belgique, où le suicide médical assisté est autorisé.

La France proscrit l'aide active à mourir mais autorise une mise "sous sédation profonde et continue jusqu'au décès". Cette sédation n'est possible qu'en cas de maladie incurable, de pronostic vital engagé à court terme ou encore de résistance aux traitements antidouleur.

Anne Bert souhaite interpeller les candidats à l'élection présidentielle : "La loi Leonetti répond plus aux préoccupations des médecins qu'aux droits des patients qui souhaitent ne pas aller au terme de leur maladie incurable ou accepter d'insupportables souffrances", écrit-elle dans une lettre adressée aux candidats. "Endormir un malade pour le laisser mourir de faim et de soif est-il réellement plus respectueux de la vie que d'y mettre fin par l'administration d'un produit létal ?", interroge-t-elle.

"Pour ma part, décider d'abréger ma fin de vie plutôt que de végéter emmurée avant de mourir est un choix éclairé en accord avec ma vision de l'existence, fait dans un état d'esprit lucide, et qui m'apporte un peu d'apaisement", poursuit-elle. "Persister à refuser le droit de choisir sa fin de vie, c'est accepter que des Français déterminés à le faire se suicident de façon violente ou clandestinement aidés, ou encore aillent aillent mourir hors frontières. Prenez donc vos responsabilités". Seules les équipes de Benoît Hamon et Emmanuel Macron lui ont répondu. Le candidat socialiste et celui de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, sont les deux seuls candidats à s'être déclarés pour l'euthanasie.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
52 commentaires - Les candidats doivent-ils se prononcer sur l'euthanasie ?
  • Je ne comprends pas que l'on ne me laisse pas m'exprimer sur cette question... ? Les autres font ce qu'ils veulent... Moi, je veux mourir dans la dignité ! Et pas "crever de mal"... On achève bien une bête lorsqu'on sait qu'il n'y a pas d'autre solution... Alors pourquoi ne pas accepter ce que demande une personne qui est en dernière phase de vie... et qui en a marre de souffrir !! Ce qu'en pense la famille on s'en fout, c'est de sa vie/mort dont il s'agit !!! Quand comprendrez vous cela ???

  • Mais qui donc choisi ces question ?

  • Quid des assurances sur l'euthanasie qui peut-être assimiler à un suicide. Comment les assurances d'emprunt ou assurance vie vont-elles considérer la chose. Car en cas de suicide l'assurance ne rentre pas en compte. Sinon pour ma part chacun à le droit de choisir sa facon de mourir et non pas les politiques à travers une loi

  • bien sûr, de la même façon qu'ils se prononcer sur la couleur des chaussettes des professeurs des collèges ou de la couleur du slip des évêques

  • En dépit de tout ce que les pouvoirs publics véhiculent sur l'assistance à la fin de la vie, nos compatriotes doivent se préparer à souffrir dans leur chair et dans leur tête . A part les bons sentiments et les beaux discours qui vont avec, rien n'est fait dans ce pays pour régler la question sur le plan pratique alors que certains de nos voisins ont trouvé la solution depuis longtemps . Comme trop souvent hélas !