La question du jour:

Avec Benoît Hamon, le PS a-t-il une chance pour la présidentielle ?




Avec Benoît Hamon, le PS a-t-il une chance pour la présidentielle ?
Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis et Benoît Hamon au siège du PS le 29 janvier 2017 à Paris.

Orange avec AFP, publié le lundi 30 janvier 2017 à 07h00

Benoît Hamon vient d'être élu candidat du du PS pour la primaire à gauche. Alors que son programme était jugé irréalisable et infinançable par son adversaire Manuel Valls, sèchement éliminé ce dimanche 29 janvier de la course à la présidentielle, Benoît Hamon parviendra-t-il à réunir les électeurs de gauche autour de sa candidature et espérer exister au second de la présidentielle ? Juste après l'annonce de sa victoire, il a tendu la main à Yannick Jadot (EELV) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise).

"Dès lundi je proposerai (...) à tous les candidats à cette primaire mais aussi à tous ceux qui se reconnaissent dans la gauche et l'écologie politique, en particulier Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, de ne penser qu'à l'intérêt des Français au-delà de nos personnes. Je leur proposerai de construire ensemble une majorité gouvernementale cohérente et durable pour le progrès social, écologique et démocratique". Comment Benoît Hamon, qui n'a pas cité Emmanuel Macron, peut-il réussir à les convaincre ? "Que pour désigner son candidat le PS ait préféré nos mots à ceux de son propre gouvernement est un fait qui donnera ses fruits le moment venu.(...) C'est à nous qui avons porté ce choix tant d'années d'être à la hauteur pour le rendre victorieux", a déclaré Jean-Luc Mélenchon dimanche soir sur Facebook. Du côté du député européen, le rassemblement n'est donc pas gagné.

LA TENTATION MACRON

Si le rassemblement à la gauche du PS semble compromis, rallier les électeurs déçus de Manuel Valls sera peut-être une tâche encore plus difficile tant Manuel Valls et Benoît Macron incarnent les fractures au sein même du PS. L'aile droite du parti de Benoît Hamon a fustigé durant toute la compagne son programme irréalisable et utopiste, notamment avec cette promesse d'instaurer un revenu universel. Les militants PS proches de l'aile droite du parti, la ligne incarnée par Manuel Valls, pourrait être tenté de voter pour Emmanuel Macron à l'élection présidentielle. L'ancien ministre pourrait être le refuge des orphelins d'une gauche modérée, proche du centre. Valls éliminé, Macron peut désormais miser sur le soutien de députés socialistes, qui pourraient le soutenir en vue des législatives. Benoît Hamon parviendra-t-il à endiguer l'hémorragie et à charmer les électeurs centristes de son bord politique ? Ce n'est que s'il y arrive qu'il peut rêver d'un second tour à l'élection présidentielle.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU