La question du jour:

Procès GoodYear : comprenez-vous les condamnations ?




Procès GoodYear : comprenez-vous les condamnations ?
Une manifestation de soutien aux salariés de Goodyear, à Amiens, le 11 janvier 2017

Orange avec AFP, publié le jeudi 12 janvier 2017 à 07h00

L'avocat des ex-salariés de Goodyear Amiens-Nord poursuivis pour séquestration de dirigeants de l'usine, en 2014, a annoncé qu'il allait se pourvoir en cassation, après leur condamnation en appel mercredi à des peines de prison avec sursis allant jusqu'à 12 mois.

"Nous allons encore une fois faire la démonstration méticuleuse qu'aucun des militants condamnés n'a à se reprocher un acte quel qu'il soit, susceptible d'être qualifié de délit pénal, nous en sommes convaincus, nous avons les preuves", a indiqué Me Rilov, qui a toutefois pris "acte qu'il y a eu des relaxes". "Sur les faits de séquestration, la moitié des prévenus ont été relaxés.

C'est un premier résultat (...)", a-t-il dit. La cour d'appel d'Amiens a condamné sept anciens salariés de Goodyear à des peines de prison avec sursis allant jusqu'à 12 mois, prononçant en outre une relaxe totale. L'avocat général avait requis à l'audience en octobre deux ans avec sursis contre les salariés, poursuivis par le parquet alors que Goodyear et les deux cadres séquestrés avaient retiré leur plainte.

En première instance, le 12 janvier 2016, les huit salariés poursuivis, dont cinq militants CGT, avaient été condamnés à deux ans de prison, dont neuf mois ferme. Quatre des salariés, dont Mickaël Wamen, ex-leader de la CGT de l'usine, ont été reconnus coupables de séquestration et condamnés à 12 mois avec sursis. En revanche, ils ont été relaxés du chef d'accusation de "violences en réunion". A l'inverse, trois salariés ont été relaxés du chef de "séquestration" mais reconnus coupables de "violences en réunion". Deux d'entre eux ont été condamnés à trois mois avec sursis, le troisième à deux mois avec sursis. Le huitième salariés poursuivi, Hassan Boukri, a été totalement relaxé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
27 commentaires - Procès GoodYear : comprenez-vous les condamnations ?
  • La violence visible du désespéré face à celle, discrète, du CAC40 et des fonds de pension...
    Les imbéciles se laisseront toujours impressionner par la visible !

  • c est quoi le plus violent la perte de son emplois ou une nuit avec des ouvriers qui vont rentrer annoncer a leurs famille qu ils n ont plus d avenir qu il faut vendre la maison et je vous parle pas de la suite car la il y a pas de retraite chapeau ou des indemnites enormes non, c est souvent le neant

    A Claude95 : Vous êtes sur ? C'est pas le FN ? Ouf, pour une fois, l'honneur est sauf !

    je suis entièrement d'accord avec vous et pour répondre aux deux interventions plus bas je leur poserait simplement une question qu'aurait ils fait eux les donneurs de leçon, aurait il mit le poing dans la poche , baissé l'échine et dire la finance est roi je n'y puis rien.Qu'aurait il fait en apprenant que des dirigeants de cette entreprise ont doublé ou triplé leurs salaires rien qu'en délocalisant l'entreprise. Je pense que dans ces moments la les voyous ne sont pas ceux qu'ont condamne aujourd’hui mais bien les dirigeants et dire qu'il y à encore des jugements en attente dans d'autres entreprise et pour les même motifs( chemise déchirée) et combien ont gagné les PDG en prétextant une baisse d'activité.

  • c'est le moindre que l'on puisse faire : oui je comprends .... Ces cadres sont des salariés comme les autres et ne font que leur job !

  • Dans une Démocratie, ce n'est pas la rue qui gouverne !
    Depuis 68, nous l'avons oublié et le rappel sera douloureux.

    Non, cer n'est pas la rue, c'est le CAC40, avec l'aide du 49-3 !
    Grisonne

    Vaut mieux le cac 40 Que lenine.

    mais maintenant il y a POUTINE,c'est mieux que lenine

    depuis quand un salarié aurait il le droit de s'en prendre physiquement sur un autre, fusse-t-il cadre ou DRH ???

  • non ,pas assez sévere ,par rapport à l"acte ,c'est permettre n"importe quel debordement ,sans étre réellement puni