La question du jour:

Êtes-vous pour l'instauration d'un revenu universel ?




Êtes-vous pour l'instauration d'un revenu universel ?
Benoit Hamon, le 16 décembre 2016, à Armentières (Nord).

Orange avec AFP, publié le mercredi 04 janvier 2017 à 07h00

C'est un des points de discorde dans la campagne de la primaire de la gauche : quelle place pour l'instauration d'un revenu universel ? Pour Benoît Hamon, pas de doute : "Je pense que le revenu universel aura lieu, la question est de savoir lequel. Et je me souviens que lorsque Michel Rocard a fait le RMI, on entendait les mêmes arguments, c'était irréalisable", a lancé mardi le candidat à la primaire du PS et de ses alliés, dont le premier tour se tiendra le 22 janvier prochain.

Plus tôt dans la journée, son adversaire Arnaud Montebourg avait, lui, jugé "irréalisable" la proposition.

"C'est une solution pour après-demain parce qu'elle est infaisable. Si vous décidez de verser un revenu universel de 700 et quelques euros, ça coûte l'équivalent de la totalité du budget de l'État".

UNE RÉPONSE À LA "RARÉFACTION DU TRAVAIL" ?

"Arnaud Montebourg, auparavant, était favorable au revenu universel, il l'a même défendu dans un 'Antimanuel de politique', donc il a changé d'avis", estime Benoît Hamon. "Au moment où on a fait la Sécurité sociale, c'était irréalisable. Pouvez-vous me dire à quel montant était la Sécurité sociale en 1945 ? L'équivalent de 100% du PIB. Ce qui a été réalisable après-guerre ne le serait plus, alors qu'on parle 15 à 20% du PIB ? C'est un choix", a encore argumenté le député des Yvelines, pour qui ce revenu est la réponse adaptée à la "raréfaction du travail".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.