La question du jour:

Jacqueline Sauvage graciée : Hollande a-t-il fait le bon choix ?




Jacqueline Sauvage graciée : Hollande a-t-il fait le bon choix ?

Un homme manifeste pour la libération de Jacqueline Sauvage, le 10 décembre 2016 à Paris.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 29 décembre 2016 à 07h00

Jacqueline Sauvage est sortie de la prison de Réau (Seine-et-Marne) peu avant 18h30 ce mercredi 28 décembre. François Hollande a accordé "une remise gracieuse du reliquat de sa peine d'emprisonnement" à cette femme de 69 ans condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent, tué de trois coups de fusil dans le dos en 2012.

De la droite, au centre, en passant par le Front national, Emmanuel Macron et le parti communiste...

La classe politique a unanimement salué la décision présidentielle, cependant critiquée par les syndicats de magistrats. "Le président de la République a estimé que la place de Jacqueline Sauvage n'était plus aujourd'hui en prison, mais auprès de sa famille", a précisé le communiqué présidentiel. Le chef de l'État a accordé sa grâce "après avis du ministre de la Justice", saisi le 9 décembre après le rejet en appel de la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage.


"J'en pleure, c'est merveilleux (...), on y croyait sans y croire. Un merci infini au président de la République", a immédiatement réagi l'une de ses filles, Caroline Marot. L'avocate de Jacqueline Sauvage, Me Nathalie Tomasini, s'est dite "terrassée par la joie et l'émotion" après avoir "porté ce dossier à bout de bras". "Je suis tellement heureuse, c'est le résultat d'un an de travail acharné", a-t-elle ajouté. La libération a également été saluée par des associations, comme "Osez le féminisme" et "Les Effronté-e-s".

L'INDÉPENDANCE DE LA JUSTICE REMISE EN CAUSE ?

La présidente de l'Union syndicale des magistrats (USM), majoritaire dans la profession, a cependant critiqué cette décision présidentielle : "Le président de la République ne respecte pas la justice. Il ne connaît que ce que les avocats de l'intéressée ont voulu dire". "En accordant une grâce partielle (le 31 janvier), François Hollande avait mis en avant le respect des décisions de justice et l'indépendance des magistrats. Et quelques mois plus tard, on piétine allègrement ce que l'on avait dit", a estimé Céline Parisot, secrétaire générale de l'USM.

"Ce qu'il y avait comme message dans cette grâce partielle, c'était qu'il fallait libérer Mme Sauvage. Mais la justice est indépendante et elle ne l'a pas fait, alors le président la remet dehors. C'est très hypocrite", a déploré cette dernière. Et Céline Parisot de rappeler que Jacqueline Sauvage a "été condamnée au nom du peuple et par le peuple français. Soit il y a une justice indépendante, soit on estime qu'on peut défaire les décisions de justice à son gré."
 
553 commentaires - Jacqueline Sauvage graciée : Hollande a-t-il fait le bon choix ?
  • il y a d'autres moyens de quitter son mari que de le tuer ! il y a des associations, de l'entraide, ...., des avocats .... c'est un mauvais signe qui fera jurisprudence !

  • Pour UNE SEULE FOIS en 5 ans qu'il aura fait quelque chose de bien ! pas de quoi pavoiser pour autant.

  • Ne pourrait on pas faire un sondage avec la mention ," pour vous y a t il trop de politiques ?" un second " y a t il trop de députés" et enfin cerise sur le gateau " faut il supprimer le Sénat " tous les Français attendent ça avec impatience

  • pourquoi tant de battage des journalistes sur cette affaire comme si cela n'arrivait pas régulièrement , ils pourraient mieux justifier leurs salaires si ils s'interrogeaient pourquoi les filles n'ont pas retirées leur mère du foyer familiale ? ou encore pourquoi la mère n'est-elle pas partie ? , pourquoi a-t-elle attendue 46 ans pour se réveiller ??

  • Les petits juges sont ainsi désavoués.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]