La question du jour:

Etes-vous favorables au maintien de l'ISF ?




Etes-vous favorables au maintien de l'ISF ?
Un avis d'impôt de solidarité sur la fortune le 15 octobre 2016, à Rennes (illustration).

Orange avec AFP, publié le vendredi 28 octobre 2016 à 07h00

L'impôt de solidarité sur la fortune est sans doute le plus populaire ! Selon un sondage Odoxa publié sur Le Parisien mercredi 26 octobre, 72% des Français sont favorables au maintien de l'ISF. 30% d'entre eux, vont plus loin et souhaitent même qu'il soit renforcé.

Un impôt plébiscité qui pourrait bien être un caillou dans la chaussure des candidats à la primaire de la droite et du centre. Sa suppression est en effet un point commun à tous les programmes des candidats. Tous ou presque puisque Nathalie Kosciusko-Morizet propose de le transformer en une "obligation d'investissement" dans les petites entreprises.



Autre résultat de ce sondage, 82% des personnes interrogées estiment que nombres des imposables qui y sont soumis, parviennent à s'y soustraire et 75% estiment que l'ISF est à l'origine du départ de riches Français pour l'étranger afin d'y échapper. C'est d'ailleurs l'un des arguments avancés par les détracteurs de l'ISF et notamment par les candidats à la primaire de la droite et du centre. L'ISF est parfois agité comme un épouvantail qui priverait la France de ses entrepreneurs et de ses capitaux.

Toutefois, cet impôt représente une part significative des recettes fiscales. Selon le rapport de la rapporteure générale de la commission des finances de l'Assemblée nationale, l'ISF devrait rapporter 5,55 milliards d'euros cette année, contre 4,4 milliards d'euros en 2013. Si un candidat de droite l'emporte en 2017, l'élection pourrait signer l'arrêt de mort de l'ISF, héritier de l'impôt sur les grandes fortunes créé sous Mitterrand en 1982, pour financer le revenu minimum d'insertion (RMI). Alors que l'heure est aux économies, il faudra trouver ces cinq et quelques milliards ailleurs, une opération délicate.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.