La question du jour:

Primaire à droite : l'affaire Bygmalion peut-elle avoir un effet sur le résultat?




Primaire à droite : l'affaire Bygmalion peut-elle avoir un effet sur le résultat?
Jérôme Lavrillieux (à droite), ici à Paris en octobre 2015, est un personnage central de l'affaire Bygmalion

Orange avec AFP, publié le jeudi 08 septembre 2016 à 07h00

C'est un psychodrame en interne qui va faire parler. France Télévisions diffusera après la primaire de la droite mais "avant la fin de l'année" une enquête d'Envoyé Spécial sur l'affaire Bygmalion, dont des extraits clé passeront au JT de France 2 jeudi 8 septembre.

La décision a été annoncée par le directeur de l'information du groupe, Michel Field. Ce mercredi, Le Canard Enchaîné l'a accusé d'avoir cédé à des pressions de Nicolas Sarkozy pour reporter la diffusion de cette enquête, alors qu'Elise Lucet, patronne d'Envoyé Spécial, voulait le diffuser fin septembre. "Je démens formellement toute intervention de Nicolas Sarkozy", a-t-il déclaré.

DES "MENACES" ?

Lundi, le parquet de Paris a demandé le renvoi devant le tribunal correctionnel de Nicolas Sarkozy et de treize autre personnes dans le cadre de l'affaire Bygmalion de financement illégal de la campagne présidentielle de 20112 de l'ancien chef de l'Etat. Selon le Canard Enchainé, l'ex-président a menacé France Télévisions, en cas de diffusion du sujet avant la primaire de novembre, d'annuler sa participation à la première édition de l'"Emission politique" de David Pujadas et Léa Salamé, qui démarre le 15 septembre. Nicolas Sarkozy est candidat à cette primaire, qui se tiendra les 20 et 27 novembre prochains.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU