La question du jour :

Sécurité : allez-vous éviter les festivités cet été ?




Sécurité : allez-vous éviter les festivités cet été ?
Des gens dansent pendant la parade du "Roi Léon" sur la place de la mairie de Bayonne, le 28 juillet 2016.

publié le jeudi 04 août 2016 à 07h00

- La menace terroriste pousse plusieurs communes à annuler des événements, alors que la saison estivale est propice à la fête. -

Après l'attentat du 14-Juillet perpétré sur la promenade des Anglais à Nice (84 morts), où plus de 30.000 personnes étaient rassemblées, plusieurs villes en France ont décidé d'annuler des festivités.

À Avignon (Vaucluse), le 29 juillet, la municipalité annonçait l'annulation de son feu d'artifice programmé le 26 août, date anniversaire des 72 ans de la libération de la ville. Chaque année, le spectacle réunit près de 30.000 personnes.
À Nice ((Alpes-Maritimes), les autorités locales ont décidé, trois semaines après l'attentat, d'annuler la traditionnelle Prom'Party, un feu d'artifice organisé le 15 août. Le maire de Marseille (Bouches-du-Rhône) Jean-Claude Gaudin a également annoncé l'annulation du meeting aérien de la patrouille de France, en accord avec la préfecture de police.

"MONTRER QU'ON N'A PAS PEUR"

Dans la capitale, plusieurs événements n'ont pas pu être maintenus, faute de sécurité suffisante. Le dimanche 7 août, les Champs-Élysées ne seront finalement pas piétons. Plusieurs festivals de cinéma en plein-air n'auront également pas lieu, comme le festival "Cinéma au clair de lune", du 29 juillet au 14 août. La menace terroriste aura également eu raison des "Plages musicales" de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), qui devaient avoir lieu du 4 au 7 août. De quoi provoquer la colère du chanteur Michael Jones, qui devait être la tête d'affiche du festival. "Il faut faire face, il faut leur montrer qu'on n'a pas peur", a-t-il lancé.

Le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian a, pour sa part, justifié, mardi 2 août, ces annulations : "Nous sommes en situation de guerre. Donc, par moment, il faut interdire des manifestations si les normes de sécurité ne sont pas respectées", a-t-il déclaré depuis Lyon, où il était venu rencontrer des militaires de l'opération Sentinelle. Il semble que les Français ne soient pas insensibles à ces arguments. Les fêtes de Bayonne, organisées le week-end dernier, ont ainsi accusé 20% de fréquentation en moins par rapport à l'été dernier et ce, malgré le renforcement de la sécurité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.