La question du jour :

Dopage - Les sportifs russes doivent-ils participer aux JO ?




Dopage - Les sportifs russes doivent-ils participer aux JO ?
Bâtiment du comité olympique russe à Moscou, le 20 juillet 2016.

publié le lundi 25 juillet 2016 à 07h00

- Le Comité international olympique (CIO) a décidé dimanche de ne pas suspendre le comité national olympique russe, malgré le scandale d'un "dopage d'État", et de laisser les fédérations internationales statuer au cas par cas sur la participation des sportifs russes. -

Le CIO a renoncé à "l'option nucléaire".

Le Comité olympique russe (ROC) n'est pas suspendu pour les Jeux olympiques de Rio et ce sera aux fédérations internationales de repêcher les sportifs non contaminés par le "système de dopage d'État" russe, via des critères très stricts. Le CIO a ainsi défini que le ROC, "contre lequel aucune preuve n'existe dans le rapport" McLaren sur le système de dopage d'État, ne pourrait sélectionner aucun sportif contrôlé positif au cours de sa carrière.

En vertu de ces critères, Yuliya Stepanova, lanceuse d'alerte à l'origine des premières révélations sur le système de dopage étatisé en Russie, a été interdite de participation par le CIO. La coureuse de 800 m avait en effet été suspendue entre 2011 et 2013 pour des irrégularités sur son passeport biologique. Stepanova avait été admise à s'aligner sur 800 m par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) au regard de ses dénonciations.

"CELA NE PLAIRA PAS À TOUT LE MONDE"

"Cela ne plaira sans doute pas à tout le monde", a reconnu le président du CIO Thomas Bach dimanche lors d'une conférence de presse par téléphone, en affirmant avoir "placé la barre le plus haut possible" et en refusant de répondre à la question de savoir s'il a fait preuve de "faiblesse" face à Moscou. L'Agence américaine antidopage (Usada) a en effet regretté dimanche que le CIO ait "refusé de jouer un rôle leader" en renonçant à exclure collectivement la Russie.

La Russie, elle, s'est montrée "reconnaissante" de la décision "objective" du CIO, voulant croire qu'une "majorité" des sportifs russes sélectionnés par leur comité olympique (387) iront bien à Rio.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.