La question du jour:

Êtes-vous inquiet des conséquences du Brexit sur la France?




Êtes-vous inquiet des conséquences du Brexit sur la France?
Le Royaume-Uni va quitter l'Union Européenne (illustration)

Orange avec AFP, publié le samedi 25 juin 2016 à 07h00

Entreprises malmenées en bourse, baisse des exportations... La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne risque de porter un coup à l'économie française, dans une fragile phase de reprise.

Sur le plan économique, le Brexit "crée beaucoup d'incertitude, ce qui n'est bon ni pour l'Europe, ni pour la France", explique Mathieu Plane, chercheur à l'OFCE.

La France, qui a enregistré un premier trimestre encourageant, avec une hausse d'activité de 0,6%, pourrait voir ce rythme s'éroder dans les prochains mois, même si Michel Sapin a affirmé"n'avoir pas d'inquiétude particulière". Du côté de l'OFCE, on estime plutôt que "pour la reprise, qui était déjà fragile, c'est forcément une mauvaise nouvelle". Un avis partagé par Philippe Waechter, chef économiste chez Natixis. "Une récession en Grande Bretagne parait probable et on a du mal à imaginer que la France", où le gouvernement prévoit 1,5% de croissance en 2016, "ne soit pas affectée", confie-t-il.

L'AGROALIMENTAIRE EN PREMIERE LIGNE

Le secteur de la banque se trouve lui particulièrement exposé. Pour Frédéric Oudéa, président de la Fédération bancaire française, les banques françaises seront néanmoins "parmi les moins 'impactées'" par le Brexit, car "elles ont gardé deux pieds à la fois à Paris et à Londres". Le secteur financier français, selon plusieurs économistes, pourrait même tirer son épingle du jeu. Certains établissements, privés du passeport européen, qui leur permettaient d'accéder au marché continental, pourraient en effet quitter Londres pour s'implanter sur le continent.

Dans l'industrie pourrait s'opérer une baisse d'activité liée notamment à la baisse de la livre sterling, en chute vendredi de près de 10%, ce qui va pénaliser les exportations françaises, mais pas autant que dans l'agroalimentaire. D'après le cabinet Euler-Hermès, ce secteur serait l'un des plus affectés par un Brexit, avec un recul potentiel des exportations de 0,39 milliard sur deux ans. Un chiffre important au vu des ventes agroalimentaires vers le Royaume-Uni, qui se sont élevées à 4,539 milliards d'euros en 2015, soit 14% des exportations agricoles françaises.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU