La question du jour:

"Bras d'honneur" : comprenez-vous la polémique autour de Pogba ?




"Bras d'honneur" : comprenez-vous la polémique autour de Pogba ?
Paul Pogba à Marseille, le 15 juin 2016. (Illustration)

Orange avec AFP, publié le samedi 18 juin 2016 à 07h00

- Et une nouvelle polémique ! Rien ne sera jamais simple dans la relation entre la presse et l'équipe de France. Après Cantona, Anelka, Benzema ou encore Ben Arfa, c'est Paul Pogba qui fait parler.

-

Le joueur de la Juventus Turin a-t-il fait un bras d'honneur durant la match France-Albanie mercredi ? Et si oui, à qui était-il adressé ? À la presse qui le critique ? La France se déchire sur son cas et ce n'est pas son démenti, via un communiqué transmis à l'AFP, qui a calmé les débats. Le milieu de terrain de 23 ans a engrangé des soutiens inattendus : ceux de Nicolas Anelka, jeudi soir, puis du chanteur Matt Pokora, qui a conclu son message de soutien sur Twitter par le mot-clé #jesuispogba.

Le président du syndicat mondial des joueurs professionnels (Fifpro), Philippe Piat, a également apporté son soutien au milieu de terrain français. "Ça n'est qu'à propos des footballeurs, ça, on n'en fait pas autant avec les hommes politiques, les volleyeurs ou les handballeurs, pour moi, c'est un non-événement", a-t-il souligné. Paul Pogba "est un joueur qui mouille le maillot, c'est un grand joueur. Il a sûrement du mal à digérer qu'on le critique autant après un match où il n'a pas été bon face à la Roumanie, alors qu'il n'y a que quelqu'un qui n'a pas joué au foot pour ne pas savoir qu'on peut passer à travers lors d'un match", a poursuivi l'ancien attaquant de Cannes, Strasbourg ou Monaco.

"CE SONT DES RÉACTIONS HUMAINES, TOUT ÇA"

"Je ne sais pas si il a vraiment fait" ce geste, enchaîne Philippe Piat, "mais il a le droit aussi d'en avoir plein les baskets. Les joueurs sont des hommes, il arrive aussi qu'ils ne maîtrisent pas tout". "Ce sont des réactions humaines, tout ça, mais si les réactions humaines se limitaient à ça on ne verrait pas toutes les horreurs qu'on voit dans le monde", assène-t-il encore.

Et c'est la préparation des prochains matchs des Bleus qui est parasitée. "Eh, la France, c'est pas Pogba votre problème - c'est NOUS votre problème !" La sélection suisse a malicieusement interpellé son adversaire de dimanche sur Twitter, avec un mot-clé "#letstalkfootball" (parlons football). Parler foot. C'est ce à quoi les Bleus aspiraient après leur succès face à l'Albanie (2-0), qui leur a ouvert les portes du prochain tour. Quitte à devoir mettre l'accent sur les nombreux motifs d'inquiétude soulevés par leurs prestations.

Mais c'est l'extra-sportif qui l'emporte et qui provoque le malaise dans le groupe. Hasard ou pas ? L'encadrement de l'équipe de France n'a pas organisé de point-presse vendredi, au lendemain du déclenchement de l'affaire. Seul l'entraînement, très léger pour les titulaires de mercredi, a été ouvert aux médias en fin d'après-midi. De toute façon, il aurait été étonnant de pouvoir connaître réellement le fond de la pensée des joueurs. Les deux Bleus interrogés jeudi en conférence de presse ont soigneusement esquivé les questions sur le sujet qui fâche. 

"EN TOUS CAS IL EST SOURIANT"

"Je ne suis pas quelqu'un qui regarde la presse ou qui lit tout ça, vous m'apprenez quelque chose", a ainsi déclaré le défenseur Samuel Umtiti, reprenant quasiment mot pour mot une expression chère à son sélectionneur. "Je n'ai pas vu le geste dont tout le monde parle. J'étais en train de fêter le 2e but", a assuré le milieu N'Golo Kanté. Y a-t-il un problème Pogba ? "Je ne sais pas s'il vit une période difficile. Je ne parle pas de ça avec lui. En tout cas, il est souriant", a estimé Umtiti, qui connaît bien le Turinois pour avoir remporté le Mondial U20 (moins de 20 ans) à ses côtés en 2013. 

Le malaise est pourtant palpable. Attendu comme l'une des stars de l'Euro, Pogba déçoit et a même débuté le match contre l'Albanie sur le banc. À force de proclamer son envie de devenir "une légende", il s'est mis lui-même une pression très lourde à gérer. Ce qui pourrait expliquer son geste équivoque.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.