La question du jour :

Violences à Marseille : faut-il disqualifier l'Angleterre et la Russie ?




Violences à Marseille : faut-il disqualifier l'Angleterre et la Russie ?
Des "supporters" anglais sur le Vieux-Port de Marseille, le samedi 11 juin 2016.

, publié le lundi 13 juin 2016 à 07h00

Après les violents incidents survenus samedi à Marseille, l'UEFA a menacé dimanche l'Angleterre et la Russie de "disqualification" du tournoi "en cas de nouvelles violences" de leurs supporters.

Les scènes de guérilla urbaine sur le Vieux-Port avant Angleterre-Russie (1-1) puis les bagarres au Vélodrome à la fin du match ont largement écorné l'image de l'EURO 2016. Le comité exécutif de l'UEFA, instance du football européen qui gère l'EURO 2016, a donc voulu se montrer ferme en menaçant l'Angleterre et la Russie d'une "éventuelle disqualification si de telles violences devaient se reproduire".

"Nous demandons aux fédérations anglaise et russe d'appeler leurs supporters à se comporter de façon responsable et respectueuse", a-t-il indiqué dimanche.

Cette menace d'exclusion est indépendante de la procédure disciplinaire de l'UEFA ouverte dimanche et visant la fédération russe pour les légers incidents créés par ses fans au coup de sifflet final au match au Vélodrome samedi soir.

35 BLESSÉS, DONT 3 DANS UN ÉTAT GRAVE

Concernant les violences qui ont éclaté sur le Vieux-Port avant la rencontre, le comité exécutif de l'UEFA estime que ce "comportement inacceptable de soit-disant supporters des équipes d'Angleterre et Russie n'a pas sa place dans le football". Par ailleurs, l'UEFA tient à "exprimer publiquement son soutien pour le travail et les efforts des autorités françaises et les forces de l'ordre pour assurer le bon déroulement et la sécurité du tournoi dans le climat actuel (référence à la menace terroriste)".

Les violences dans les rues de Marseille ont fait 35 blessés, dont trois dans un état grave. Le fan anglais qui était entre la vie est la mort samedi est dans "un état stable", a indiqué dimanche la préfecture de région à l'AFP. Dix personnes - des Anglais, un Autrichien, un Allemand, des Français et des Russes - étaient en garde à vue dimanche. Plusieurs seront renvoyés en comparution immédiate lundi.

En affichant sa fermeté, l'UEFA veut éviter que les affrontements ne fassent tache d'huile. D'autres matchs de l'Angleterre, comme Angleterre-Pays de Galles le 16 juin à Lens, ont été placés à hauts risques par le ministère de l'Intérieur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.