La question du jour :

Emmanuel Macron peut-il bousculer l'ordre politique établi ?




Emmanuel Macron peut-il bousculer l'ordre politique établi ?
Macron

, publié le jeudi 07 avril 2016 à 00h00

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a annoncé mercredi 6 avril la création de son propre mouvement politique, baptisé "En marche" et qui se veut "ni à droite ni à gauche", au risque de semer la pagaille dans la majorité à treize mois de la présidentielle.

"J'ai mis du temps, j'ai réfléchi, j'ai consulté, j'ai associé des gens et j'ai décidé qu'on allait créer un mouvement politique, un mouvement politique nouveau", a-t-il déclaré lors d'une rencontre citoyenne à Amiens, sa ville natale, fermée aux journalistes mais retransmise sur internet. "En Marche" ne sera d'aucun bord politique, car pour lui "les clivages sont devenus obsolètes à beaucoup d'égards".



Il a immédiatement précisé ne pas lancer cette initiative pour trouver "un énième candidat à la présidentielle", promettant que ce n'était pas sa "priorité aujourd'hui" même s'il n'a pas caché son intention de "construire une majorité" en trouvant un "consensus" sur des solutions qualifiées de "radicales". Le jeune énarque de 38 ans, qui a fait fortune en travaillant pour une banque d'affaires et n'a jamais exercé de mandat électif, bénéficie d'une bonne cote de popularité.

Emmanuel Macron, dont la popularité et les prises de position agacent à gauche, n'a cependant pas affiché son soutien au président sortant François Hollande, dont il a été le principal conseiller économique entre mai 2012 et août 2014, et à ce titre à l'origine des grandes réformes économiques du quinquennat.

"Qui que ce soit en 2017, s'il n'y a pas une exposition claire de la vision pour le pays, s'il n'y a pas (...) un débat ouvert (...) et donc la capacité à créer le consensus sur les mesures à prendre, qui que ce soit, il ou elle n'y arrivera pas", a observé le ministre. "La question, avant tout, c'est de construire cela, avant de savoir qui le portera, sinon ce sera un nouvel échec sur ces sujets", a-t-il même prévenu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.