La question du jour :

La pénalisation des clients peut-elle réduire la prostitution ?




La pénalisation des clients peut-elle réduire la prostitution ?
postituee

, publié le mercredi 06 avril 2016 à 00h00

Le débat ne date pas d'hier : faut-il pénaliser les prostituées ou les clients ? Après plus de deux ans de parcours parlementaire, les députés ont adopté une proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution. Sa mesure phare consiste à pénaliser les clients, en sanctionnant l'achat d'actes sexuels par une contravention de 1.500 euros.

Pour les associations, cette proposition "essentiellement répressive", mettra en danger les prostituées davantage qu'elle ne permettra d'enrayer le phénomène.

Le combat contre la prostitution a fait l'objet d'une longue lutte. Il y a soixante-dix ans, la bataille portait sur l'abolition des "maisons closes". En 1948, la loi Marthe Richard abolissait les quelque 1.500 établissements disséminés à travers toute la France.

De nombreux politiques relanceront aussi le débat sur les moyens à mettre en oeuvre pour contrôler l'expansion de la prostitution. La sécurité des travailleuses du sexe est au coeur des inquiétudes, tandis que l'efficacité de la pénalisation des clients reste à démontrer.

Par ailleurs, la prostitution sur internet semble passer dans les mailles de la loi que l'Assemblée nationale vient d'adopter.




Pour le sociologue Laurent Mélito, qui étudie le milieu depuis des années, épurer le net de la prostitution relève de "l'illusion totale". "Les gens tapinent partout : sur les petites annonces, les chats, dans la rue, dans les cafés... c'est incontrôlable", réagit "Flo", salariée de Grisélidis, une association de santé pour travailleurs du sexe basée à Toulouse. A titre d'exemple, Grisélidis estime qu'en Midi-Pyrénées, où près de 500 femmes se vendent dans la rue, presque autant le font sur la toile.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.