"Vous êtes tordu!" : Emmanuel Macron répond à un homme qui l'interpelle sur son bilan

"Vous êtes tordu!" : Emmanuel Macron répond à un homme qui l'interpelle sur son bilan
Emmanuel Macron à Martel, dans le Lot, le 3 juin 2021.
A lire aussi

publié le jeudi 03 juin 2021 à 18h51

Interpellé par un homme à propos de son bilan, et notamment sur la hausse de la CSG, le chef de l'Etat a expliqué que cette réforme était dans son programme et qu'elle lui était bénéfique. 

En déplacement à Martel, dans le Lot, Emmanuel Macron a été confronté à plusieurs mécontents. Parmi eux, un homme l'a abordé pour lui expliquer pourquoi il ne voterait plus pour lui en 2022. 



"J'ai voté pour vous en 20217, au premier et deuxième tour.

Mais je ne voterais plus pour vous", a assuré l'homme, avant de critiquer son bilan. "Il y a beaucoup de choses que vous avez dit que vous n'avez pas fait", comme l'interdiction du glyphosate ou la CSG sur les petites retraites, a commencé à énumérer l'homme, avant d'être interrompu par le chef de l'Etat.

"Dans mon programme, il y avait la suppression des cotisations chômage remplacée par la CSG", a-t-il avancé. "En 2018, on a vu la différence", a alors répliqué son interlocuteur, avant qu'Emmanuel Macron se lance dans une explication de sa réforme : "Non, on l'applique exactement. C'était tout à fait normal. Les retraités qui n'avait pas de cotisation chômage, n'avait que la hausse de CSG. Du coup je l'ai corrigée, jusqu'à 2.000 euros, la hausse de CSG a été annulée". Ce qu'a reconnu le passant, qui a toutefois fait remarquer que "pendant un an (en 2018, ndlr), on a perdu. Ca ne fait qu'une compensation". 

"Vous me dites, j'ai voté pour vous, mais c'était dans mon programme. J'ai fait ce que j'ai dit", a insisté Emmanuel Macron. "Ne me reprochez pas d'avoir fait ce que j'ai dit. Et en plus, je l'ai corrigé en votre faveur, vous êtes quand même gonflé", a-t-il insisté. "J'ai pris une décision qui était conforme au programme, vous étiez perdant. Vous gueulez. On la corrige. Et maintenant vous me dites 'je suis pas content de ce que vous avez fait', vous êtes tordu!", a-t-il encore dit, sur un ton moqueur. 

Annoncée par Emmanuel Macron durant sa campagne, la hausse de la CSG (cotisation sociale généralisée) devait compenser la baisse de cotisations sociales des actifs. Environ 60% des retraités, soit 7,5 millions de personnes, étaient concernés par l'augmentation de 1,7 point de la CSG. "Si je ne fais pas cet effort pour ceux qui travaillent, il n'y aura personne pour payer vos retraites", avait alors justifié le chef de l'Etat.




Lors de la crise des "gilets jaunes", le gouvernement était revenu sur cette mesure, en créant début 2019 un nouveau taux "intermédiaire" de CSG pour environ 30% des retraités.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.