"Vous confondez clusters et diagnostics" : Olivier Véran recadre Jean-Luc Mélenchon sur les chiffres du Covid-19

"Vous confondez clusters et diagnostics" : Olivier Véran recadre Jean-Luc Mélenchon sur les chiffres du Covid-19
Olivier Véran et Jean-Luc Mélenchon (photomontage)

, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 11h40

Selon les dernières données disponibles, les clusters représentent une contamination sur cinq environ, les autres contaminations n'étant pas tracées, car il est extrêmement difficile de répertorier les lieux et les causes de tout les nouveaux cas recensés.




Jugeant "la situation préoccupante", Emmanuel Macron a annoncé mercredi 14 octobre que des couvre-feux seraient imposés dès samedi pour un mois, voire jusqu'au 1er décembre, en Île-de-France et dans huit métropoles de 21H00 à 06H00 afin d'endiguer l'épidémie de Covid-19. "Ce qu'on vise avec ce couvre-feu, c'est les rassemblements privés, parfois festifs, qui sont aujourd'hui une source importante, si ce n'est majeure, de contamination", a détaillé jeudi matin le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur Franceinfo.

Une décision vivement critiquée par Jean-Luc Mélenchon. "60 % des contaminations ont lieu au travail ou à l'école ou à l'université entre 8H00 et 19H00.

Mais Macron interdit les sorties au bar et au restau entre 20H00 (NDLR: 21H00) et 06H00. Bienvenue en Absurdie", a dénoncé le leader de La France insoumise sur Twitter.

"60 % des clusters, ça signifie 10 % des contaminations identifiées. Vous confondez clusters et diagnostics", lui a alors aussitôt répliqué, via ce même réseau social, le ministre de la Santé Olivier Véran, déplorant une "polémique à l'heure où nous voulons préserver l'éducation, sauvegarder les emplois, et lutter efficacement contre cette épidémie dans l'intérêt des Français.





La députée LREM Aurore Bergé s'est également empressé de démentir les propos du député des Bouches-du-Rhône. "Ces chiffres font référence aux clusters uniquement et les clusters aujourd'hui c'est moins de 20% des contaminations. Les principaux vecteurs de contaminations sont les rassemblements dans la sphère amicale et familiale", a-t-elle tweeté. 


Jean-Luc Mélenchon s'est basé sur les données de Santé Publique France, selon qui parmi les 3.207 clusters (défini par la survenue d'au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, au sein d'une communauté ou lors d'un rassemblement, ndlr) signalés au 8 octobre, "les entreprises hors établissements de santé restent parmi les types de collectivités les plus représentées pour la survenue de clusters (25%), puis le milieu scolaire et universitaire (21%) et le milieu familial élargi (plusieurs foyers)", devant les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes (17%). 

Selon les dernières données disponibles, les clusters représentent une contamination sur cinq environ, les autres contaminations n'étant pas tracées, car il est extrêmement difficile de répertorier les lieux et les causes de tout les nouveaux cas recensés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.