Virginie Calmels persona non grata au siège des Républicains

Chargement en cours
Virginie Calmels, ancienne vice-présidente du parti Les Républicains, le 17 mars 2018
Virginie Calmels, ancienne vice-présidente du parti Les Républicains, le 17 mars 2018
1/2
© AFP, JOEL SAGET

AFP, publié le mercredi 20 juin 2018 à 15h15

Venue chercher ses affaires au siège des Républicains après son limogeage de la vice-présidence du parti de droite, dimanche, Virginie Calmels s'est vu refuser l'entrée, trouvant ses affaires entassées dans un carton à l'accueil, a confirmé mercredi Guillaume Peltier, numéro 3 de LR.

Selon le JDD, un vigile lui a barré l'accès à son bureau, affirmant intervenir "sur instruction de la direction". 

"À tous ceux qui m'interrogent stupéfaits pour savoir si c'est vrai je réponds : oui tout est vrai ! No comment", a ensuite tweeté Mme Calmels, avec un lien vers l'article.

Interrogé devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP) sur ces informations, Guillaume Peltier a évoqué des "méthodes assez répandues" dans les entreprises.

"Il ne faut jamais s'étonner des conséquences dont on est soi-même la cause. Virginie Calmels était numéro 2 du parti, elle avait toute sa place (...), elle a choisi à deux reprises d'attaquer violemment Laurent Wauquiez et notre formation politique", a poursuivi le député du Loir-et-Cher, estimant qu'il est temps de "tourner la page de la division".

Il s'est ensuite lancé dans une métaphore footbalistique: "Si vous avez Griezmann, Tolisso, (...) Hugo Lloris, qui deux week-ends de suite mettent volontairement des buts contre leur camp, qu'est-ce que va faire Didier Deschamps? Il va les renvoyer au vestiaire et il n'est pas impossible que dans le vestiaire, il y ait la valise du joueur de foot. C'est trop facile".

Au parti, on a aussi souligné que Virginie Calmels "a perdu les attributs inhérents à la fonction", "comme dans une grande entreprise". Comme une allusion au passé professionnel de l'ancienne numéro deux du parti, qui était directrice générale du groupe de production télévisuelle Endemol Monde et présidente d'Endemol France jusqu'à sa démission en 2013, après un passage chez Canal + et Numericable.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU