Violences : "Quelque chose se passe dans notre société", s'inquiète Emmanuel Macron

Violences : "Quelque chose se passe dans notre société", s'inquiète Emmanuel Macron
Emmanuel Macron, le 28 août 2020, à Paris

, publié le vendredi 28 août 2020 à 19h15

Le chef de l'Etat appelle à une "réponse républicaine rapide" face aux agressions qui se multiplient.

La sécurité sera t-elle le grand thème de la rentrée au gouvernement? Pendant que Gérald Darmanin répondait vertement au maire de Grenoble sur la réponse policière à apporter à la délinquance dans la métropole iséroise, le président de la République a déploré une "banalisation de la violence" qui s'est, selon lui, "durcie" à la sortie du confinement".

Face à ce phénomène, le chef de l'exécutif a promis "une réponse républicaine rapide", lors d'une rencontre à Paris avec l'Association de la presse présidentielle. "Quelque chose se passe dans notre société qui n'est pas neuf, mais qui sans doute s'est accéléré à la sortie du confinement, qui s'est durci: une forme de banalisation de la violence", a fait valoir le chef de l'Etat, en assurant que le gouvernement serait "intraitable". 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait vivement critiqué le "discours angélique" du maire EELV de Grenoble, Eric Piolle, qui reprochait au ministre de l'Intérieur d'avoir fait un coup de communication en ordonnant une opération de police contre des dealers dans sa ville. Dans une lettre qu'il a adressée à l'édile et diffusée sur Twitter, le ministre de l'Intérieur fait valoir que "l'excuse sociale ne peut pas tout excuser". "Nos compatriotes n'attendent pas de nous des discours angéliques mais une intervention résolue pour restaurer l'autorité de l'Etat".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.