Valls à Berlin : la droite condamne le Premier ministre, le gouvernement le défend

par Libé Zap

Pendant les trois jours où le Parti socialiste s'est réuni à Poitiers, le Premier ministre s'est octroyé une pause à Berlin pour assister à la finale de la Ligue des champions. Avant d'embarquer à Paris dans un Falcon de la République, le Premier ministre assistait au congrès de son parti. Poitiers - Paris - Berlin - Poitiers, c'est le trajet que Manuel Valls a emprunté en moins de 24 heures, répondant à une «invitation de Monsieur Platini». Deux semaines après la fronde menée par la gauche sur le déplacement Paris-Le Havre de Nicolas Sarkozy, la droite contre-attaque.

Le Premier ministre tente de s’expliquer : «Je voulais aussi rencontrer Michel Platini, parler de l'avenir de la Fifa, de l'Euro 2016.» Mais rien n’y fait, les critiques tombent, en particulier dans le camp des Républicains (LR).

«Ce qui est condamnable, c'est l'utilisation des moyens de l'Etat pour aller voir un match de football et en revenir», dénonce l’ancien ministre de l’Intérieur, Claude Guéant. Le député LR Thierry Solère retient lui «une forme d'indécence». Le président du Modem, François Bayrou, n’y va pas de main morte et assure que «les hommes politiques en fonction perdent parfois le sens des réalités».

«Cela vient totalement à contre-courant de ce qu'a dit Monsieur Hollande lorsqu'il était candidat, quand il parlait de "président normal"», rappelle le député LR Eric Woerth.

Certains restent toutefois plus modérés, comme Brice Hortefeux qui ne souhaite pas s'étendre longuement sur la question. «S'il y a des raisons, c'est justifié, s'il n'y en a pas, ça ne l'est pas.» Un avis partagé par Henri Guaino qui considère «qu'on a autre chose à faire dans la politique française que de s'intéresser à ce genre de polémiques».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.